SFMU - Société Française de Médecine d'Urgence
Vous êtes sur la page : Accueil » Actualités » Actualités de l'Urgences - APM » SEPSIS: L'ADMINISTRATION PRÉHOSPITALIÈRE D'ANTIBIOTIQUES SANS BÉNÉFICE SUR LA SURVIE

Actualités

Actualités de l'Urgences - APM

Dépêches du JourDépêches de la semaine | Dépêches du mois

21/12 2017
Retour

SEPSIS: L'ADMINISTRATION PRÉHOSPITALIÈRE D'ANTIBIOTIQUES SANS BÉNÉFICE SUR LA SURVIE

LONDRES, 21 décembre 2017 (APMnews) - L'administration précoce d'antibiotiques chez des patients présentant un sepsis, notamment lors du transport vers l'hôpital, ne permet pas d'améliorer la survie, selon une étude néerlandaise.

Le diagnostic précoce et le délai d'administration de l'antibiothérapie sont cruciaux dans la prise en charge des états septiques. Mais toutes les études concluant à une meilleure survie avec une administration précoce d'antibiotiques sont rétrospectives et non contrôlées, rappellent le Dr Nadia Alam de la Vrije Universiteit à Amsterdam et ses collègues dans The Lancet Respiratory Medicine.

Ils ont décidé d'évaluer l'intérêt d'une administration préhospitalière d'antibiotiques dans une étude multicentrique, randomisée, en ouvert. L'étude PHANTASi est le premier essai randomisé, contrôlé à évaluer une antibiothérapie précoce après formation du personnel des urgences à reconnaître un sepsis.

Il s'agissait d'évaluer l'impact d'une prise en charge initiée dès l'ambulance par rapport à la prise en charge habituelle auprès de 2.698 patients avec un sepsis de sévérité variable, acheminés par 10 services régionaux de transport sanitaire à 34 hôpitaux secondaires et tertiaires.

Les patients dont le sepsis était diagnostiqué au cours du trajet recevaient de la ceftriaxone à 2 g en intraveineuse en plus des soins habituels. L'antibiothérapie était initiée en médiane 26 min avant l'arrivée dans le service des urgences.

Pour les patients pris en charge selon le protocole habituel, le délai médian d'administration des antibiotiques après l'arrivée aux urgences était de 70 min, contre 93 min avant la formation spécifique du personnel des urgences.

A 28 jours de suivi, le taux de décès était de identique dans les deux groupes, de 8%. La mortalité à 90 jours était aussi la même dans les deux groupes, de 12%.

Cette étude montre que la formation du personnel des urgences à reconnaître précocement un sepsis ne semble pas avoir d'impact positif dans l'ensemble de la chaîne de soins aigus, commentent les chercheurs. Ils ne recommandent pas l'administration d'antibiotiques au patient au stade préhospitalier.

(The Lancet Respiratory Médicine, édition en ligne du 28 janvier)

ld/eh/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.