Actualités de l'Urgence - APM

26/10 2018
Retour

CHU DE BESANÇON : LA DIRECTION EXPOSE UN PLAN D'ACTIONS DE 63 MESURES POUR LES SERVICES D'URGENCE, MAIS LA GRÈVE S'Y POURSUIT

BESANCON, 26 octobre 2018 (APMnews) - La direction du CHU de Besançon a présenté jeudi un plan d'actions décliné en 63 mesures pour améliorer les conditions de travail des agents du service d'accueil des urgences (SAU), du Smur et du Samu-Centre 15, toujours en grève depuis le 9 octobre, a-t-on appris auprès de la direction et des représentants des personnels.

"En complément des mesures déjà initiées pour améliorer les conditions de travail des agents de ces services ainsi que l’accueil et la prise en charge des patients, la direction a présenté, comme elle s'y était engagée, un plan d'actions ambitieux et une méthodologie participative lors du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du jeudi 25 octobre", a annoncé le CHU dans un communiqué diffusé jeudi.

Ce plan d'actions est décliné en 63 mesures réparties en cinq axes thématiques :

  • les espaces, l’environnement et les moyens de travail
  • l'organisation du travail
  • la qualité du management
  • la consolidation des collectifs de travail
  • la prévention des risques psycho-sociaux et la qualité de vie au travail.

Les agents du SAU, du Smur et du Samu-Centre 15 avaient pris la décision d'entamer une grève pour protester contre l'insuffisante prise en compte de conclusions d'un cabinet d'expertise diligenté par le CHSCT. Ce cabinet avait été mandaté à la suite de la tentative de suicide d'une médecin régulatrice en mars (cf dépêche du 12/03/2018 à 10:40).

"Le message des personnels a visiblement été entendu puisqu'il y a des améliorations organisationnelles, matérielles et fonctionnelles dans ce plan", a salué Pascal Hudry, secrétaire du CHSCT et secrétaire adjoint de la section CFDT du CHU.

"L'ensemble des acteurs vont dans le même sens, sauf qu'il n'y a pas de réponse immédiate pour répondre à l'urgence ressentie des personnels, notamment sur le manque d'investissement humain", a-t-il nuancé.

"La méthode est la bonne, le contenu n'est pas mauvais, mais le curseur n'est pas assez haut en termes de personnel", a synthétisé le délégué de la CFDT, tout en soulignant qu'il incombait également "aux pouvoirs publics de donner les moyens à l'hôpital d'exercer ses fonctions".

Parmi les actions annoncées par la direction, le SAU devrait toutefois enregistrer deux renforts à compter du jeudi 1er novembre: une infirmière l'après-nuit et une infirmière de nuit supplémentaire pour une durée de 6 mois.

La direction s'est également engagée à investir 6,5 M€ pour la rénovation du service de réanimation médicale.

Un mouvement de grève prolongé jusqu'au 20 novembre

Selon Pascal Hudry, ces mesures restent insuffisantes: "Il y a énormément d'absentéisme dû aux conditions de travail et il n'y a plus les effectifs nécessaires. Il y a beaucoup de rotations avec les personnels qui restent debout et qui font des heures supplémentaires en pagaille".

Malgré l'annonce de ce plan d'actions, les personnels des urgences ont décidé de poursuivre leur mouvement de grève jusqu'au mardi 20 novembre à l'issue d'une assemblée générale.

Auparavant, le plan d'actions de la direction devrait être examiné lors de la prochaine réunion du CHSCT du CHU le jeudi 15 novembre.

Pour le secrétaire du CHSCT, l'établissement a été "abandonné sur la question de l'amiante, que le CHU doit financer sur fonds propres", alors que le CHU a déjà engagé près de 30 M€ pour désamianter ses locaux.

Une semaine plus tôt, le CHU de Besançon a été condamné par la cour d'appel à une peine de 40.000 euros d'amende avec sursis pour "mise en danger délibérée de la vie d'autrui" à la suite de plusieurs cas d'exposition de salariés à l'amiante, rappelle-t-on (cf dépêche du 19/10/2018 à 18:45).

La fédération CFDT santé-sociaux et les syndicats CFDT, CGT, FO et SUD santé social du CHU de Besançon faisaient parties des parties civiles dans ce procès.

gl/ab/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.