Actualités de l'Urgence - APM

12/04 2018
Retour

DANS LA VIE DES ÉTABLISSEMENTS: GHT VAL-DE-MARNE EST, AP-HP, CH D'HAGUENAU, CH DE SEMUR-EN-AUXOIS

PARIS, 12 avril 2018 (APMnews) -

ILE-DE-FRANCE: Le GHT Val-de-Marne Est signe un contrat avec General Electric et l'Ugap pour la gestion de son parc d'échographes

CRETEIL - Le groupement hospitalier de territoire (GHT) Val-de-Marne Est a signé un contrat unique de service incluant l’utilisation des équipements et la maintenance avec General Electric (GE) et l'Union des groupements d'achats publics (Ugap) pour la gestion de son parc d'échographes, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué commun avec General Electric. Le contrat représentera un investissement d'environ 3 millions € sur 5 ans.

Cette démarche s’inscrit dans la stratégie du GHT de mutualisation des achats. Elle "nous permet de bénéficier des dernières technologies en matière d’imagerie échographique, indispensables au sein de notre GHT, majoritairement axé autour de la prise en charge de la périnatalité, avec 7.000 naissances par an, de la femme (incluant la dimension cancérologique) et connaissant également une très forte activité d’urgence avec plus de 200.000 passages par an", souligne le directeur du centre hospitalier intercommunal de Créteil (Chic) et du centre hospitalier intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges (Chiv, Val-de-Marne), Stéphane Pardoux, cité dans le communiqué.

Dans un premier temps, les équipes de GE Healthcare ont réalisé en partenariat avec les équipes des deux établissements "un état des lieux du parc d’échographes existant ainsi qu'une étude des besoins cliniques et de l’activité du GHT". Il a porté sur 46 échographes et 137 utilisateurs ont été rencontrés.

Pendant les 5 ans du contrat, "la gestion de parc permettra de faire évoluer le parc d’échographes afin d’ajuster l’offre en fonction des besoins cliniques du GHT". Les équipes médicales et les utilisateurs seront formés aux dernières technologies échographiques et bénéficieront d’un accès aux différents contenus de GE Healthcare.

Lors des Journées de l'achat hospitalier organisées par le Réseau des acheteurs hospitaliers (Resah) à Montrouge en décembre 2017, Stéphane Pardoux était intervenu lors d’une table ronde sur la création de valeur par les GHT. Il avait indiqué avoir été sollicité par un grand groupe biomédical pour la gestion de son parc d’échographes sur le modèle de ce qui a pu être imaginé par un grand CHU français (cf dépêche du 12/12/2017 à 17:45).

ILE-DE-FRANCE: L'AP-HP a enregistré 100.000 rendez-vous en ligne en un an

PARIS - Un an après le déploiement du service avec Doctolib, le cap de 100.000 rendez-vous pris en ligne a été franchi, a annoncé l'AP-HP vendredi 6 mars dans un communiqué, précisant que plusieurs actions ont été engagées pour résorber les difficultés.

Ce service, désormais disponible dans 24 des 39 hôpitaux de l’AP-HP, "connaît une montée en puissance régulière, avec 14.000 rendez-vous pris en ligne pour le seul mois de mars 2018", précise le communiqué. Ainsi, les rendez-vous pris par Internet représentent en moyenne 11% des rendez-vous réservables, "et jusqu’à 24% des rendez-vous sur certains hôpitaux". Les chiffres les plus élevés sont recensés dans plusieurs établissements spécialisés dans les pathologies gériatriques et dans certains hôpitaux pédiatriques, ainsi que dans certaines spécialités, comme la prise en charge des troubles du sommeil, la stomatologie ou la chirurgie orthopédique. Le service doit désormais être progressivement étendu aux maternités de l’AP-HP pour les rendez-vous de suivi de grossesse.

"Afin d’optimiser le service pour ses professionnels de santé", l’AP-HP a recueilli début 2018 l’avis de médecins pour recenser les difficultés rencontrées, ce qui lui a permis d’engager dès mars deux chantiers prioritaires. L'un concerne l'amélioration de l'orientation des patients, notamment pour les primo-consultants. Afin d’éviter que ces derniers ne réservent des rendez-vous consacrés aux consultations de suivi, l’accès à ces créneaux a été strictement limité aux patients déjà connus dans le service, explique l'AP-HP.

Pour "renforcer le positionnement de l’hôpital dans un parcours de soins", les nouveaux patients doivent par ailleurs obligatoirement sélectionner dans un annuaire national le médecin qui les a orientés vers une consultation à l’hôpital. L'ergonomie du site de prise de rendez-vous en ligne a été optimisée, "afin de mieux mettre en évidence les motifs de consultation disponibles et les consignes à respecter"".

L'autre chantier concerne la réduction du nombre de rendez-vous non honorés. Dans cette perspective, "le format des mails de confirmation et de rappel du rendez-vous pris en ligne a été modifié afin de rendre plus visibles les possibilités de modification et d’annulation par les patients. Un nouveau message leur rappelle également qu’annuler son rendez-vous 'permettra à un des nombreux patients en liste d’attente d’en profiter'". En outre, "la possibilité d’annuler ou de modifier en ligne un rendez-vous, même pris par des canaux traditionnels (sur place ou par téléphone)", est à l'étude.

L’AP-HP a mesuré la satisfaction des usagers par une enquête en ligne faite en janvier auprès de 25.000 patients ayant accepté d'être contactés. Sur environ 5.000 répondants, 85% recommandent ce service, avec une note d’au moins 8/10 (56% lui attribuent une note de 10/10). Environ un tiers des patients soulignent qu’ils auraient cherché un rendez-vous dans un hôpital en dehors de l’AP-HP sans cette possibilité de réserver en ligne. Néanmoins, "l’annulation de rendez-vous par l’hôpital sans contact téléphonique ou par email est un point de vigilance remonté par plusieurs utilisateurs interrogés". Une nouvelle enquête aura lieu à l’automne. L’objectif est "de finir le déploiement avant fin 2018 et parvenir à un taux de 30% de rendez-vous pris en ligne", selon le compte-rendu de la réunion du 3 avril de la CME, devant laquelle ce bilan a été présenté.

GRAND-EST: Le CH d'Haguenau inaugure de nouvelles salles d'imagerie et de radiologie interventionnelle et vasculaire

HAGUENAU - Le centre hospitalier d’Haguenau (CHH) a inauguré jeudi de nouvelles salles pour son activité de radiologie interventionnelle et vasculaire et son activité d'imagerie "urgences", a indiqué l'établissement mercredi dans un communiqué.

Le plateau technique interventionnel du CHH a été totalement réaménagé pour accueillir un nouvel appareillage issu de la gamme Artis Q Ceiling* (Siemens) qui permet de faire la fusion instantanée des images d'angiographie avec celles du scanner ou de l'IRM. Ce nouvel équipement va permettre au CHH de développer son activité de radiologie interventionnelle et vasculaire, qui se répartit majoritairement entre l'angioplastie artérielle et veineuse, l'angioplastie des fistules d'hémodialyse, la chimio-embolisation et, depuis 2015, la vertébroplastie.

Cette activité est "en constant développement", a souligné l'établissement dans son communiqué, avec 623 patients pris en charge en 2012, contre 1.199 en 2017. Le CHH a investi près d'1 M € pour ces aménagements (843.000 € pour l'appareillage et 190.00 € pour les travaux). Les travaux "ont pris fin le 7 décembre 2017 avec une première prise en charge d'un patient le 8 décembre 2017", rapporte le communiqué.

Le CHH a également renouvelé ses deux salles d'imagerie "urgences" en les dotant d'un équipement de radiographie numérique de la gamme Ysio Max* (Siemens), offrant une palette de 1.000 positions préprogrammées pour le placement du tube et doté d'un "programme de réduction d’irradiation du patient". Les locaux du service d'imagerie ont été complètement réaménagés dans cette perspective avec la création de 3 cabines de déshabillage pour les patients, dont une destinée aux personnes à mobilité réduite. Les travaux ont été conduits entre janvier et mars 2018, avec un premier patient pris en charge le 20 mars. Ce second investissement a représenté un coût de 860.000 euros (600.000 € pour l'appareillage et 260.000 € pour les travaux).

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE: Le CH de Semur-en-Auxois a regroupé ses activités supports dans un nouvel hôpital

SEMUR-EN-AUXOIS (Côte-d'Or) - Le centre hospitalier (CH) Robert-Morlevat à Semur-en-Auxois a déménagé l'ensemble de ses activités administratives, techniques et informatiques au sein d'un bâtiment unique, a annoncé l'établissement dans un communiqué mercredi.

La construction de ce nouveau bâtiment avait été lancée fin 2016 et confiée à "une équipe de maîtrise d'œuvre composée de Bruno Freycenon de l'Atelier d'architecture PFR (Troyes) et de la société d'ingénierie du bâtiment 3IA", précise le communiqué.

Ce bâtiment regroupant l'ensemble des activités administratives, techniques et informatiques du CH Robert-Morlevat "accueille aujourd'hui l'ensemble de ses occupants". Le déménagement des différents services administratifs et techniques s'est échelonné entre début février et fin mars.

Cette opération a nécessité un investissement de 2,8 millions d'euros intégralement financé par le centre hospitalier. La création de ces nouveaux locaux s'intègre dans un projet global qui se poursuivra en 2018 par l'extension et la réorganisation des urgences (parking, accueil, unité d'hospitalisation de courte durée) et en 2019 par le début des travaux de rénovation de l'Hôpital général", a ajouté l'établissement.

/cb-mlb-gl/sl/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.