Actualités de l'Urgence - APM

15/05 2018
Retour

LE CH DE TROYES MET EN OEUVRE UN PLAN D'ACTIONS POUR SORTIR SON SERVICE D'URGENCES DE LA CRISE

TROYES, 15 mai 2018 (APMnews) - Le centre hospitalier (CH) de Troyes a annoncé l'arrivée d'un premier médecin pour renforcer son service d'urgences, dans le cadre d'un plan d'actions mis en oeuvre pour répondre à un déficit de médecins.

"Nous informons qu'un renfort d'un médecin va être effectif à partir du mercredi 9 mai aux urgences du CH de Troyes, permettant ainsi de mieux absorber les prises en charge d’enfants admis aux urgences de l’hôpital", a indiqué la direction du CH dans un communiqué diffusé mercredi.

Ce renfort s'inscrit dans le cadre d'un plan d'actions dévoilé vendredi 4 mai par le CH de Troyes pour tenter de pallier le déficit de praticiens au sein de ses urgences.

"Les urgences sont confrontées à une augmentation continue de l'activité et à des difficultés à trouver des lits pour leurs patients dues à des réductions de capacité par manque de médecins dans les autres services", avait exposé la direction de l'hôpital, dans un précédent communiqué.

Le nombre de passages annuels aux urgences du CH a bondi de 48.000 en 2012 à 62.000 en 2017, a fait valoir l’hôpital.

En janvier, le directeur du CH de Troyes, Philippe Blua, avait déjà pointé l'engorgement problématique que connaissait son service d'urgences lors de ses voeux, en évoquant une affluence record en décembre 2017, rappelle-t-on (cf dépêche du 18/01/2018 à 19:00).

Le CH de Troyes est par ailleurs confronté à un manque de personnel médical avec un "nombre d'urgentistes stagn[nant] entre 24 et 26 depuis deux ans alors que l'optimum serait à plus de 30" et "un manque d’internes en pédiatrie", que la direction a identifié comme "l’élément déclencheur d'une crise latente".

Les urgences pédiatriques provisoirement fermées par manque d'effectif

Les urgences pédiatriques du CH de Troyes ont fermé début mai, faute d'un nombre suffisant d'internes pour fonctionner.

A la suite de cette fermeture, quatre jeunes urgentistes avaient présenté leur démission, "en indiquant oralement qu'ils pourraient y renoncer si la prise en charge des urgences pédiatriques était assurée".

Le chef de pôle et les deux chefs du service des urgences avaient également démissionné de leurs fonctions de cadre.

Cette fermeture reste "temporaire" et l'activité "pourra reprendre au prochain semestre des internes, à partir de novembre 2018, si nous sommes suffisamment pourvus en nombre d'internes", a indiqué la direction du CH de Troyes à APMnews.

Outre ce premier renfort, le directeur du CH de Troyes, Philippe Blua avait annoncé une série de mesures pour rétablir un fonctionnement normal au sein des urgences de son établissement. Il a annoncé qu'un nouveau médecin avait été recruté et prendrait ses fonctions "cet été", tandis qu’une nouvelle pédiatre rejoindra l’établissement au 1er octobre.

Par ailleurs, l'établissement public de santé mentale de l'Aube (EPSMA), à Brienne-le-Chateau, devrait mettre un pédopsychiatre à disposition du CH de Troyes, à mi-temps, "pour aider la pédiatrie à prendre en charge les enfants ayant également des troubles psychiatriques".

L'ARS mobilise des moyens d’urgence

L'agence régionale de santé (ARS) Grand Est a aussi donné son accord pour mobiliser des médecins généralistes dans le cadre de l'action de l'Etablissement de préparation aux urgences sanitaires (Eprus) et pour réorienter vers le CH de Troyes quatre assistants partagés: "deux postes d’ophtalmologistes et 2 postes de pédiatres attribués le 16 mai".

L'agence va également contribuer au financement d'une nouvelle ligne de garde aux urgences.

Philippe Blua a rappelé que de premières actions avaient été entreprises en amont de ces mesures.

"Un poste de gestionnaire de flux a été créé au sein des urgences pour aider les médecins à placer les patients", tandis que "les effectifs paramédicaux ont été augmentés de 12% en 4 ans", passant de 120 à 134.

De plus, la surface d'accueil des urgences a été doublée pour permettre la mise en place d'une nouvelle organisation avec un circuit court et un circuit long, tandis qu'une unité d'hospitalisation de courte durée (UHCD) a ouvert ses portes en parallèle.

Pour parer au plus pressé, le CH de Troyes a également fait appel à des sociétés d'intérim, d'anciens internes de pédiatrie, ou encore aux hôpitaux voisins.

"A ce jour, 3 médecins et 3 faisant fonction d'internes [FFI] ont été trouvés mais ne couvrent pas tous les manques", a reconnu la direction de l'hôpital.

gl/sl/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.