Actualités de l'Urgence - APM

12/06 2018
Retour

LE CHU DE MONTPELLIER PRÉSENTE SON PROJET D'ÉTABLISSEMENT 2018-2022

MONTPELLIER, 12 juin 2018 (APMnews) - Le CHU de Montpellier a présenté son projet d'établissement 2018-2022 qui prévoit notamment le développement de ses activités médicales phares afin de renforcer sa position d'hôpital de recours pour l'est de la région Occitanie, a indiqué mardi à APMnews son directeur général, Thomas Le Ludec.

Le projet d’établissement 2018-2022 a été adopté par une délibération du conseil de surveillance datée du 28 mars 2018. Son élaboration a mobilisé "plus de 150 professionnels, tous métiers confondus", est-il indiqué dans un communiqué diffusé mardi par le CHU.

Interrogé mardi par APMnews, Thomas Le Ludec a souligné que "85% ou 90% des actions" du précédent projet d'établissement (2013-2017) avaient été "réalisées". "C'est bien, mais nous sommes partis du postulat que l'on devait encore faire mieux dans le nouveau projet d'établissement 2018-2022", au vu notamment de la "fréquentation de l'hôpital qui est en croissance constante depuis maintenant 6 ou 7 ans". L'hôpital affiche une croissance globale de l'ordre de 2% sur l'exercice 2017, a-t-il précisé.

"L'autre élément pour comprendre la philosophie du nouveau projet d'établissement, c'est la dimension humaine: comment travailler à la fois l'attractivité de l'hôpital pour les personnels, comment prendre soin de ceux qui nous soignent en travaillant sur la qualité de vie au travail [QVT] et l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée", a-t-il expliqué.

Le projet médical

Le directeur général a ensuite présenté les principales orientations du projet médical, contenues dans le nouveau projet d'établissement.

L'axe majeur est de "soutenir et valoriser" les missions spécifiques hospitalo-universitaires, indique-t-il. Les activités qui doivent être développées dans ce cadre sont notamment:

  • Les transplantations et les greffes afin de "répondre aux besoins avérés de la population", notamment pour les "greffes rénales et hépatiques" pour l'est de la région Occitanie et "au-delà".
  • Les activités de biologie "en lien" avec le bâtiment unique de biologie dont la construction a commencé en 2018 sur le site de l'hôpital (cf dépêche du 19/01/2018 à 12:30).
  • Les soins critiques, avec plusieurs opérations de renforcement et de réorganisation, le CHU étant "établissement de recours" sur une partie de la région.

Les autres axes du projet médical sont:

  • La consolidation de certaines activités de "proximité" où la concurrence est élevée. C'est le cas de l'orthopédie ("point fort du CHU"), de la chirurgie du rachis, des endoscopies digestives, de l'ophtalmologie, de la chirurgie mammaire et pelvienne, ainsi que l'obstétrique.
  • Le développement de parcours afin de traduire localement plusieurs orientations nationales comme l'expérimentation des hôtels patients (cf dépêche du 14/12/2016 à 11:25, dépêche du 19/12/2016 à 10:33); le déploiement de la réhabilitation améliorée après chirurgie (Raac); ou encore le développement de l'ambulatoire afin d'arriver à un taux de chirurgie "d'au moins 40% d'ici 2020" (contre 36% actuellement), explique Thomas Le Ludec.
  • Permettre aux populations les plus vulnérables d'accéder au CHU en partenariat avec la médecine de ville (personnes en situation de handicap, personnes âgées ou encore migrants). "Il s'agit de faire des choses très concrètes comme le développement d'un dispositif d'accueil sur site pour populations en situation de grande précarité afin pour qu'elles puissent être réorientées vers des consultations sur l'hôpital. Ces dernières seraient assurées par des médecins de ville volontaires", poursuit-il.

Les opérations immobilières

Outre le projet médical, le nouveau projet d'établissement a pour objectif de "mener à bien" les opérations immobilières programmées dans le plan pluriannuel d'investissements 2017-2022, poursuit Thomas Le Ludec.

Certaines de ces opérations sont en cours, parmi lesquelles la construction du bâtiment unique de biologie médicale pour un coût de 83 millions € dont la livraison est prévue au deuxième trimestre 2021; l'extension de l'Institut de médecine régénérative et biothérapies (IRMB) avec deux étages à destination d'un incubateur de start-up pour un montant de 4 millions €; et la construction d'une nouvelle hélistation.

Parmi les opérations à plus long terme, il y a le projet de reconstruction à l'horizon 2023 de l'établissement de longs séjours pour personnes âgées de Bellevue. Il y a "l'idée de regrouper l'ensemble de la filière gériatrique sur un seul site, celui de la Colombière, pour un achèvement des travaux à l'horizon 2023", explique le directeur général.

Le projet d'établissement prévoit par ailleurs de débloquer une enveloppe de 30 millions € pour améliorer des conditions hôtelières et de travail sur les bâtiments existants. "Les travaux concerneront l'hôpital Lapeyronie, Saint-Eloi, Gui de Chauliac", précise-t-il.

Poursuivre le déploiement du DPI aux urgences et en réanimation

Concernant les investissements techniques, "nous allons continuer d'investir dans la sécurité incendie, mais également dans l'accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées avec un plan d'environ 9 à 10 millions € déjà commencé et qui va se poursuivre jusqu'en 2023-2024", ajoute-t-il.

Pour le système d'information, l'objectif du nouveau projet d'établissement est de poursuivre le déploiement du dossier patient informatisé (DPI), le CHU de Montpellier ayant opté en 2012 pour le logiciel DxCare* de Medasys. "Le DPI est déployé à 90% mais il reste à le déployer en réanimation et aux urgences dans le cadre d'une nouvelle version de Dxcare*", indique Thomas Le Ludec.

Un autre objectif consiste à faciliter les démarches administratives des usagers par la mise en place d'un outil de prise de rendez-vous en ligne et d'un portail patient sur le site du CHU.

Concernant la recherche, Thomas Le Ludec explique que l'objectif est d'accroître la "production scientifique sur la durée du projet d'établissement". Celui-ci prévoit une croissance annuelle de 10% des publications; le doublement du nombre de publications en tant qu'auteur dans une revue avec un facteur d'impact supérieur à 30; et une cible de publication de 60% par projet terminé.

Il s'agit de "renforcer la place de l'hôpital qui se situe à la 6e ou 7e place des CHU français". L'établissement a d'ailleurs enregistré de "très bons résultats en 2017", avec près de 6.000 patients et volontaires inclus dans les essais à promotion académique.

En 2017, 270 personnes physiques du CHU de Montpellier se sont consacrées à la recherche. L'établissement a obtenu des financements pour 16 projets nationaux soit un budget total de près de 6 millions €. Son score Sigaps a été de 66.500 points sur 4 années glissantes.

syl/ab/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.