Actualités de l'Urgence - APM

13/09 2018
Retour

MG FRANCE ET LE SML S'ÉLÈVENT CONTRE LES PROPOSITIONS DE SAMU-URGENCES DE FRANCE POUR UN NUMÉRO D'URGENCE UNIQUE

PARIS, 13 septembre 2018 (APMnews) - Les deux syndicats de médecins libéraux MG France et le Syndicat des médecins libéraux (SML) se sont opposés aux propositions de Samu-Urgences de France pour réformer la régulation médicale dans deux communiqués diffusés jeudi.

Le gouvernement a lancé une réflexion pour la mise en place d'un numéro d'urgence unique, au sujet duquel un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) et de l'Inspection générale de l’administration (IGA) est désormais attendu pour le mois d'octobre (cf dépêche du 22/02/2018 à 17:40).

Dans un communiqué diffusé mardi, le Samu-Urgences de France s'était déclaré en faveur d'une "plateforme de régulation médicale située à l'hôpital afin de mutualiser les ressources et sécuriser les réponses", rappelle-t-on (cf dépêche du 11/09/2018 à 18:20).

"Le communiqué de presse de Samu-Urgences de France est un nouvel hymne à l’hospitalo-centrisme", a protesté le syndicat de médecins généralistes libéraux MG France, dans un communiqué publié jeudi.

"En effet 'la plateforme de régulation médicale, qui traite déjà plus de 90% des appels décrochés par le 15, le 18 et le 112' est opérée pour 80% de ces 90% par des régulateurs libéraux. Ce sont donc bien les libéraux qui devraient avoir la place de choix dans le futur dispositif !", s'est indigné le premier syndicat médecin généraliste.

"La médecine générale doit piloter, organiser et réguler la réponse aux demandes de soins non programmés", a poursuivi le syndicat avant d'énoncer trois conditions:

  • que "le 116-117, numéro d'appel national inscrit dans la loi et dédié aux soins non programmés ne présentant pas un caractère de gravité, doit être accessible sur tout le territoire"
  • que "la médecine générale [ait] une place prépondérante dans la cogestion des services régulant les appels du 116-117"
  • que du temps médical soit libéré dans les cabinets de médecine générale.

"Un casus belli" pour le SML

Dans un communiqué également diffusé jeudi, le syndicat des médecins libéraux (SML) a fait part de son opposition à "l'OPA [offre publique d'achat] hostile et hospitalo-centrée du Samu sur la régulation médicale", et a prévenu "le gouvernement qu'il s’agi[ssai]t d'un casus belli avec la profession".

"Le Samu, qui n'a pas été plus capable de s'entendre avec les pompiers qu'avec les médecins libéraux, tente d'imposer une solution 100% hospitalière et de prendre la main à travers un numéro d'appel unique", a cinglé le Syndicat de médecins libéraux dans son communiqué.

Le SML a souligné qu'il existait déjà un "numéro dédié aux soins relevant de la médecine générale aux horaires de PDSA [permanence des soins ambulatoire], destiné à soulager le 15, lequel doit être réservé aux urgences vitales".

Le syndicat s'est donc prononcé en faveur de "la généralisation d'un numéro distinct du 15, le 116-117, permettant […] de joindre un médecin libéral en dehors des horaires d'ouverture des cabinets du médecin".

Samu-Urgences de France reçoit le soutien de l'Amuf et de la FNSPS

Dans un communiqué conjoint, l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) et la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPS) ont soutenu les positions de Samu-Urgences de France.

"Désormais, l'Amuf et de la FNSPS s’engagent dans une démarche de coopération et de rassemblement des moyens pour répondre aux secours d'urgence, notamment avec des plateformes communes de réception des appels d'urgence positionnées sur un plan départemental", ont indiqué les deux organisations.

En conséquence, l'Amuf et de la FNSPS se sont déclarés en faveur de la "mutualisation des moyens des différents services publics d’urgence en charge du traitement des alertes".

gl/ab/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.