SFMU - Société Française de Médecine d'Urgence
Vous êtes sur la page : Accueil » Public » Visite guidée des urgences

Public

Visite guidée des urgences

 

Ce que vous devez savoir sur les services d'urgence

Le circuit qui est décrit ici peut varier selon les établissements, CH (Centre Hospitalier), certains sont U pour Universitaires, G pour Généraux, I pour Intercommunaux, etc. Il existe également des établissements privés et des cliniques. Nous décrirons donc un circuit théorique sachant que certains établissements ne différencient pas les adultes de la pédiatrie, la chirurgie de la médecine et d'autres ont des circuits bien distincts.

L'accueil administratif


Selon les lieux, vous pouvez être accueilli par une secrétaire hospitalière, un agent hospitalier qui va vous demander une pièce d'identité afin de vous inscrire dans un cahier qui est la main courante des urgences et bien souvent imprimer des étiquettes à votre nom. Elle va noter : votre nom, prénom date de naissance et autres informations administratives pour éviter toutes confusions d'identité (aux conséquences fâcheuses) lors des examens qui vous seront peut-être pratiqués ou en cas d'admission (la confidentialité de ces informations est liée au secret médical). La secrétaire d'accueil ou l'agent administratif va noter ces renseignements ainsi que le motif pour lequel vous consultez. En fonction de ce motif de la consultation, vous serez orienté sur le secteur chirurgical ou médical.

L'accueil infirmière, ou le Triage


De plus en plus souvent, la première personne qui vous accueille dans un service d'urgence n'est pas une secrétaire ou un agent administratif mais est un ou une soignante. L'accueil administratif se fera dans un second temps. Le triage infirmier a plusieurs buts.
Premièrement, de vous prodiguer les premiers soins (mise en place d'une attelle, si vous souffrez d'un traumatisme du bras ou d'un poignet, mise en place d'un pansement en cas de plaie).
Deuxièmement, de vérifier ce que l'on appelle les constantes vitales ; c'est-à-dire le pouls (fréquence cardiaque), la tension artérielle également appelée la PA ou TA. Selon les sites, on vous placera un brassard relié à un appareil qui mesure ces données automatiquement ou manuellement. En fonction du motif de la consultation, nous vérifierons votre température, votre fréquence respiratoire, votre état de conscience (si celui-ci nous paraît altéré), votre saturation en oxygène (une petite lumière rouge sur une pince mesure le taux d'oxygène de votre sang), votre niveau de douleur, si vous souffrez (à l'aide d'une réglette non graduée). L'infirmière de triage vous posera (selon les sites) des questions sur les maladies qui ont jalonné votre vie ou les interventions chirurgicales (les antécédents médicaux et chirurgicaux). L'infirmier ou infirmière de triage vous interrogera sur votre couverture vaccinale et note si vous avez eu des allergies et si vous avez un traitement médicamenteux.
Le dernier but du triage est de classer les patients qui se présentent dans un service d'urgence en plusieurs catégories selon des priorités. Ceci afin de ne pas différer les soins et les gestes véritablement urgents. Selon les sites, on distingue 5 classes ou 3 classes (grossièrement : de la détresse vitale imposant une prise en charge immédiate la vie du patient est en danger, l'urgence : qui doit être prise en charge au plus vite, à la consultation : pour un motif ne mettant pas la vie du patient en danger et dont les lésions ou le problème médical ne fait courir aucun risque de séquelles). Par exemple, une plaie de doigt ou une entorse sont des lésions qui n'évoluent plus et le délai avant traitement ne changera rien à ce qui a été coupé ou déchiré. Alors qu'un patient qui se plaint de ne pas être bien, d'être plus ou moins barbouillé, de ne pas avoir digéré, en fait des symptômes bien anodins et peut être en faire un infarctus du myocarde pouvant laisser de graves séquelles voire, mettre en danger la vie du patient.
Une fois le triage effectué suivant la disponibilité des salles, des médecins, soit on vous conduit dans une salle ou box de soin pour prise en charge soit on vous dirige vers la salle d'attente.
Les soignants médicaux ou non (secrétaires, aide soignantes, techniciens de radiologie (également appelé manipulateur radio, infirmières ou IDE, médecins) ne prennent aucun plaisir à faire attendre les malades et peut être qu'un jour vous serez cette personne que nous ferons passer devant tout le monde parce que votre cas est le plus grave. Un service d'urgence n'est pas un restaurant "premier arrivé - premier servi !"

Dès que la salle appropriée est libre ou que le médecin est disponible, le patient est alors interrogé soit par un étudiant en médecine : l'externe, soit par un interne de médecine générale ou despécialité ou encore par un médecin urgentiste ou senior. Tous les cas de figures sont possibles et dépendent du type d'établissement.

L'externe est une ou un étudiant en médecine en 4 ème, 5 ème ou 6 ème année. L'étudiant est affecté dans un service de chirurgie ou de médecine et le but de ce stage est de le confronter aux patients afin d'apprendre à recueillir les informations cliniques indispensables à l'établissement d'un diagnostic, les gestes (sutures, plâtre, prise de sang, pose de perfusion, etc). Il va donc vous poser des questions sur vos antécédents médicaux (Hypertension artérielle, infarctus, diabète, ulcère d'estomac par exemple), chirurgicaux (appendicectomie, hystérectomie, etc.), obstétricaux ou psychiatriques, si cela n'a pas été fait par l'infirmier de triage. De même, l'externe s'inquiète de savoir si vous avez des allergies à des médicaments (aspirine, antibiotique) ou à des substances (ex: l'iode, latex), si vous p renez des médicaments et lesquels. Il ou elle va vous demander d'expliquer ce qui vous est arrivé : accident de sport, de travail, de trajet ou comment la maladie a commencé, quels ont été les premiers symptômes, si vous souffrez : comment est cette douleur (crampes, brûlures aiguës, etc.). L'externe va également rédiger une observation médicale et en fonction du problème peut demander des examens (ex : des radiographies). Dans le secteur des urgences médecine, le premier médecin est plus souvent un interne car l'interrogatoire et l'examen sont plus complexes.

L'interne est un médecin en fin de formation médicale, il ou elle est en 7 ou 8 ème année de médecine. Il s'agit parfois d'un interne de spécialité (chirurgie viscérale, orthopédie, etc.), il ou elle est peut être en première ou quatrième année d'internat. Ces médecins peuvent faire appel à des médecins seniors dans leur spécialité ou de médecine d'urgence.

Ces médecins seniors sont soit : des attachés, des chefs de clinique, des assistants généralistes, des assistants spécialistes, des praticiens hospitaliers. 
Il s'agit alors d'un médecin ayant terminé son cursus universitaire et qui a choisi de continuer d'exercer à l'hôpital.

Les aides soignants(es), ont comme mission les actes d'hygiène et de confort des patients. Ils ou elles réorganisent et réapprovisionnent les salles après usage, font les pansements, se chargent des taches administratives indispensables pour que vous puissiez faire valoir vos droits (ex: accidents de travail).

Les infirmiers ou (es) sont les bras droits du corps médical, elles réalisent les soins diagnostics ou thérapeutiques (prise de sang, pose de perfusion, injections, pansements complexes, etc.). L'IDE (infirmière Diplômée d'Etat) surveille l'évolution des patients, la réponse aux traitements et consigne dans le dossier médical tous les éléments qui vont permettre d'adapter le traitement.

Dans un service d'urgence, les personnels travaillent en équipe et il n'est pas rare (pour ne pas dire systématique) que l'infirmière forme l'étudiant en médecine à faire des prises de sang ou à poser une perfusion. L'interne lui le forme à réaliser des immobilisations, des plâtres ou à recoudre les plaies (suturer).

Les services que vous ne voyez pas et pourtant indispensables au bon fonctionnement des urgences.

Lors de votre passage aux urgences, des examens complémentaires sont demandés : examens radiologiques, échographiques, scanners, biologiques (recueil des urines, prise de sang, échantillon ou prélèvements divers).

La radiologie


Les services chargés de réaliser ces examens réalisent souvent les examens des patients hospitalisés et tous essaient de faire passer les demandes provenant des urgences en priorité en glissant ces patients dans des plannings très chargés. Pour passer une radio, il faut que l'infirmière prenne contact avec le service du brancardage, que le brancardier soit libre et qu'il se dirige immédiatement vers les urgences. Il va déposer le patient dans le service de radio et transmettre la prescription aux manipulateurs radio. Dès que la salle de radiographie appropriée se libère, le ou la "manip radio" va vous installer sur la table d'examen. Il effectuera les clichés demandés puis révélera les clichés. S'ils sont de bonne qualité, il appellera le service du brancardage ou les urgences pour que l'on revienne vous chercher. Parfois, ces radios sont lues par un radiologue et son interprétation peut être dactylographiée. Faire une radio peut nécessiter plus d'une heure !
La radiologie réalise toutes sortes de radiographies : des poumons, de l'abdomen, des diverses régions du corps traumatisées mais réalise également des échographies ou des scanners.

Le laboratoire


Il effectue les examens sanguins permettant au médecin d'orienter leur diagnostic (soit par un résultat positif ou négatif). Nous pouvons en urgence doser et donc quantifier un grand nombre de paramètres mais certains dosages ne peuvent pas être réalisés de nuit ou le week end. En plus de l'activité engendrée par les patients hospitalisés, le laboratoire va devoir absorber les examens demandés en urgence. Cela mobilise parfois plusieurs personnes pour un seul paramètre.

L'appel à d'autres spécialistes


Il n'est pas rare que le médecin qui vous a pris en charge aux urgences demande l'avis d'un confrère (ORL, ophtalmo, gynécologue, neurologue, etc.). Ici aussi, il faudra joindre le confrère qui est peu- être auprès d'un patient, en consultation ou au bloc opératoire puis celui-ci devra interrompre son activité pour se diriger sur les urgences.

D'autres services interviennent discrètement afin de faciliter votre prise en charge, le service du brancardage, la banque du sang, la pharmacie, les blocs opératoires, le service des admissions, etc…