SFMU - Société Française de Médecine d'Urgence

Publications

Annales Françaises de Médecine d'Urgence

Les Annales Françaises de Médecine d’Urgence publient des articles originaux, des revues de la littérature, et des cas cliniques dans tous les domaines de la médecine d’urgence (médical, chirurgical, et psychiatrique, adulte et pédiatrique, hospitalier et pré-hospitalier), y compris dans le domaine des urgences collectives. La revue aborde les aspects pédagogiques (formation initiale et continue), organisationnels, éthiques, et professionnels de la médecine d’urgence, et notamment les aspects plus spécifiques de la médecine d’urgence que sont l’évaluation de la gravité, le triage, et l’orientation des patients.
La revue s’intéresse également aux relations avec les autres disciplines médicales agissant en interface en amont, en aval, et au sein des structures d’urgences. Bien qu’orientée en priorité sur l’expression scientifique médicale, la revue accueille volontiers les contributions des professions paramédicales de la médecine d’urgence ainsi que les aspects relevant des domaines non médicaux (sciences humaines, droit, administration).

Pour être informé du sommaire: Service ToC Alerts


Comment soumettre un manuscrit

Le site de soumission en ligne : http://lavoisier.fontismedia.com/amu/ 

Recommandations aux auteurs: ici

Retrouvez ci-dessous les derniers articles publiés dans les Annales françaises de médecine d'urgence [Lavoisier]

  • Une « colique néphrétique » révélant une bilharziose urogénitale

    13 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Syndrome d’encéphalopathie postérieure réversible ou Posterior Reversible Encephalopathy Syndrome (PRES) secondaire au bevacizumab

    9 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Paralysie périodique thyrotoxique

    2 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Prise en charge des plaies en structure d’urgence

    Résumé

    Ces recommandations formalisées d’experts ont été élaborées par la Société française de médecine d’urgence, avec la collaboration de la Société française et francophone des plaies et cicatrisations, la Société française de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique et le soutien de la Société française de pathologie infectieuse de langue française et du Groupe francophone de réanimation et urgences pédiatriques. Leur but est de délivrer des messages clés sur l’un des motifs les plus fréquents de prise en charge en structures d’urgence (SU). Il existe peu de consensus relatifs à la prise en charge et à la régulation des plaies en préhospitalier comme à l’hôpital. Le précédent référentiel national datait de 2005 et nécessitait une actualisation. Le principal enjeu en urgence est d’abord d’évaluer le risque vital d’une plaie, puis son devenir fonctionnel et esthétique. Le soin se positionne en support à la cicatrisation naturelle. Le lavage abondant à l’eau contrôlée est la première étape primordiale à enseigner dès le plus jeune âge aux populations. Une couverture humide entre les différentes étapes de prise en charge ainsi que l’application d’un protocole d’anesthésie locale anticipée favorisent une évaluation et une détersion mécanique en SU de qualité, gages d’une bonne cicatrisation. Il n’existe pas de justification à l’utilisation des antiseptiques en dehors des plaies difficilement accessibles au lavage. La maîtrise du risque de contamination exogène d’une plaie est un objectif constant et majeur lors les soins. La notion de délai de fermeture d’une plaie en urgence n’a dès lors plus d’intérêt, et il n’existe plus d’indication à une antibiothérapie locale. Une évaluation initiale pertinente ainsi qu’une surveillance du risque infectieux régional ou général impliquent parfois une antibiothérapie générale, un avis d’un spécialiste ou un suivi à la sortie de la SU. Ce référentiel traite de la prise en charge des plaies aiguës en SU, y compris sur plaie chronique. Seront exclues les suites de soins, les complications, les plaies chroniques, les brûlures ainsi que les lésions survenues dans un contexte nucléaire, radiologique, biologique ou chimique.

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Douleur thoracique et rythme électro-entraîné : le diagnostic de syndrome coronarien aigu ST+ est-il possible à l’ECG ?

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Super Wolff

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Les nouveaux outils de la régulation médicale en Samu-Centre 15

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Actualités en médecine d’urgence

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Suivi des recommandations sur la prise en charge des traumatisés crâniens légers sous anticoagulants et antiagrégants plaquettaires dans un service d’urgence

    Résumé

    Objectif

    La Société française de médecine d’urgence a émis en 2012 des recommandations formalisées d’experts (RFE) sur la prise en charge des traumatismes crâniens légers (TCL). L’objectif principal de notre étude était d’évaluer, chez les patients traumatisés crâniens légers définis par un score de Glasgow compris entre 13 et 15 et sous anticoagulants (AC) ou antiagrégants plaquettaires (AAP), l’adhésion à ces recommandations dans notre service et d’analyser les facteurs influençant une prise en charge conforme ou non conforme. L’objectif secondaire était de réaliser une description de la prise en charge et du devenir de cette population.

    Méthode

    Étude rétrospective monocentrique sur un an, incluant tous patients adultes sous AC ou AAP ayant présenté un TCL se présentant aux urgences. Ont été étudiés les caractéristiques des patients, leur devenir à J30 en termes de décès intra-hospitalier et de réhospitalisation et les facteurs associés à l’application ou la non-application des recommandations.

    Résultats

    Cent soixante-quinze patients inclus. Une tomodensitométrie cérébrale (TDMc) a été réalisée chez 97 % des patients en un temps conforme dans 60 % des cas, des anomalies ont été retrouvées chez 20 patients (11 %). Cent pour cent des patients sous antivitamine K (AVK) ont eu un dosage de l’international normalized ratio (INR). La durée de surveillance clinique a été conforme dans 47 % des cas. Deux patients (1 %) sont décédés et deux patients (1 %) ont été ré-hospitalisés à J30 pour cause neurologique. Les facteurs associés à une réalisation de TDMc hors délais étaient : un sexe masculin : OR=3,24 (IC 95 % : [1,07–10,83] ; p=0,04), un traitement par AVK : OR=76,3 (IC 95 % : [2,9–154,1], p=0,01) ou par anticoagulants oraux directs : OR=148,39 (IC 95 % : [7,1–266], p=0,003). Étaient associées à une durée de surveillance conforme : des anomalies à la TDMc : OR=0,08 (IC 95 % : [0,01–0,8], p=0,05) et une hospitalisation post-urgence : OR=0,02 (IC 95 % : [0,01–0,2], p=0,001).

    Conclusion

    L’application stricte des RFE reste perfectible dans notre service. Cependant, le niveau de preuve des études sur ce thème est discuté. Une mise à jour des RFE nous paraît nécessaire pour préciser la prise en charge de cette population particulière de patients.

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Le syndrome de Fahr

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Primary surgery (Volume one : Non trauma)

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Intoxication grave au lithium : le rein n’est pas le problème !

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Toxi-infection alimentaire scombroïde collective

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Invagination gastrique

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Pneumomédiastin secondaire à une consommation de cocaïne

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Luxation supérieure de rotule

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Traumatisme médullaire cervical pénétrant responsable d’un syndrome de Brown-Séquard

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Cricothyroïdotomie par technique SMS (Scalpel, Mandrin long béquillé, Sonde d’intubation) : une alternative à connaître en situation d’exception et d’afflux massif de victimes

    Résumé

    Les dernières recommandations sur la gestion des voies aériennes décrivent une nouvelle technique d’abord sous glottique: la cricothyroïdotomie par technique SMS (Scalpel, Mandrin long béquillé, Sonde d’intubation). Utilisée en ultime recours pour des patients non intubables et non ventilables, cette technique semble intéressante à connaître dans un contexte de nombreuses victimes car elle est simple, reproductible et nécessite du matériel facilement disponible en nombre. Elle permet l’abord direct de la trachée par la membrane intercricothyroïdienne avec protection des voies aériennes, l’utilisation de matériels connus permettant une meilleure confiance des praticiens et propose une alternative en cas de difficulté de repérage. Nous en décrivons sa réalisation technique étape par étape et rappelons sa place au sein des algorithmes de gestion des voies aériennes. Le choix de cette technique est un exemple de l’évolution des pratiques adaptées à la prise en charge d’un afflux massif de victimes et doit s’inscrire dans une réflexion globale quant à la réponse médicale optimale dans ces situations.

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Hémorragie cérébrale et spot sign

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • La subluxation de la tête radiale ou « pronation douloureuse »

    Résumé

    La subluxation de la tête radiale, aussi dénommée « pronation douloureuse », est secondaire à une interposition du ligament annulaire au sein de l’articulation huméroradiale. Il s’agit d’une pathologie ostéoarticulaire pédiatrique fréquente en service d’urgences. Elle nécessite une réduction spécifique qui consiste à lever l’interposition ligamentaire. Les deux principales techniques de réduction sont la manoeuvre classique combinant un mouvement de supination et de flexion de l’avant-bras et une manoeuvre, moins connue, consistant à réaliser une pronation forcée jusqu’à la perception d’un ressaut au niveau de la tête radiale signant le succès de celle-ci. Ces techniques de réduction sont de réalisation aisée et rapide, avec un taux de succès très élevé. Selon les méta-analyses, la technique en pronation forcée, considérée comme étant plus efficace, devrait être préférée en première intention. Ainsi, nous proposons un algorithme simple de prise en charge rapide de la subluxation de la tête radiale aux urgences reposant sur l’évaluation clinique et l’utilisation préférentielle de la manoeuvre de réduction en pronation forcée.

    1 Oct 2017, 2:00 am

    Lire la suite