SFMU - Société Française de Médecine d'Urgence

Publications

Annales Françaises de Médecine d'Urgence

Les Annales Françaises de Médecine d’Urgence publient des articles originaux, des revues de la littérature, et des cas cliniques dans tous les domaines de la médecine d’urgence (médical, chirurgical, et psychiatrique, adulte et pédiatrique, hospitalier et pré-hospitalier), y compris dans le domaine des urgences collectives. La revue aborde les aspects pédagogiques (formation initiale et continue), organisationnels, éthiques, et professionnels de la médecine d’urgence, et notamment les aspects plus spécifiques de la médecine d’urgence que sont l’évaluation de la gravité, le triage, et l’orientation des patients.
La revue s’intéresse également aux relations avec les autres disciplines médicales agissant en interface en amont, en aval, et au sein des structures d’urgences. Bien qu’orientée en priorité sur l’expression scientifique médicale, la revue accueille volontiers les contributions des professions paramédicales de la médecine d’urgence ainsi que les aspects relevant des domaines non médicaux (sciences humaines, droit, administration).

Pour être informé du sommaire: Service ToC Alerts


Comment soumettre un manuscrit

Le site de soumission en ligne : http://lavoisier.fontismedia.com/amu/ 

Recommandations aux auteurs: ici

Retrouvez ci-dessous les derniers articles publiés dans les Annales françaises de médecine d'urgence [Lavoisier]

  • Invagination gastrique

    23 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Compression veineuse iliaque bilatérale : une complication rare du fécalome

    23 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Rouget du porc du membre inférieur

    16 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Hémorragie cérébrale et spot sign

    16 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Les médecins exerçant en service mobile d’urgence et de réanimation savent-ils remplir un certificat de décès ?

    Résumé

    Objectif

    Déterminer si les médecins exerçant en services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) ont des difficultés à remplir les certificats de décès et s’ils ressentent un besoin de formation.

    Matériels et méthodes

    Un questionnaire en ligne a été envoyé aux médecins des SMUR du Bas-Rhin. Il comprenait cinq situations cliniques courantes pour lesquelles il leur était demandé de rédiger un certificat de décès.

    Résultats

    Quarante et un des 67 médecins interrogés ont répondu au questionnaire. Tous déclaraient rédiger couramment des certificats de décès en SMUR et éprouver des difficultés, la principale étant de notifier la cause du décès. Aucun médecin n’a su rédiger sans erreur les cinq certificats. Respectivement 93 %, 64 %, 79 % et 71 % d’entre eux se trompaient au moins une fois lors du remplissage des cases « obstacle médico-légal », « obligation de mise en bière immédiate », « obstacle au don du corps » et « prélèvement en vue de rechercher la cause du décès ». 46 % énonçaient en outre « arrêt cardiorespiratoire » comme cause de décès. Près d’un médecin sur deux rapportait ne jamais avoir bénéficié de formation concernant la rédaction des certificats de décès, dont le besoin moyen estimé par échelle visuelle analogique était de 5,6 sur 10.

    Conclusion

    Les médecins exerçant dans les SMUR du Bas- Rhin éprouvent d’importantes difficultés de rédaction des certificats de décès, qui ne se traduisent pas toujours par un besoin de se former à cet acte, alors même que les enjeux liés à celui-ci sont importants, en particulier sur le plan épidémiologique.

    16 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Conduite à tenir face à un abcès anopérinéal

    Résumé

    Les abcès anopérinéaux sont un motif de consultation urgent fréquent. Les examens complémentaires sont exceptionnellement utiles et l’examen clinique seul permet le plus souvent de poser le diagnostic positif. En urgence, l’incision de l’abcès est le geste essentiel visant à soulager la douleur du malade et limiter la diffusion de l’infection. En revanche, les antibiotiques n’ont pas de place, du moins seuls, pour traiter ce type de suppuration. Ils ne sont indiqués, après incision, que dans certaines situations particulières chez des patients fragiles ou en cas de cellulite. La prescription antalgique d’anti-inflammatoire non stéroïdien est contre-indiquée en raison du sur-risque de cellulite nécrosante. La prise en charge chirurgicale urgente, au bloc opératoire, sous anesthésie générale, n’a de place que chez un patient non soulagé par l’incision simple, qu’en cas d’abcès profond inaccessible ou de cellulite. Après incision, et au mieux dans la semaine qui suit, le patient est adressé pour une consultation spécialisée de proctologie afin de décider de la prise en charge thérapeutique étiologique qui reste dominée par les fistules cryptoglandulaires.

    13 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • L’entorse du Lisfranc : une entorse du médiopied à ne pas manquer !

    13 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Une synthèse du dossier médical pour décider aux urgences : le projet LERUDI

    Résumé

    Résumé

    Le logiciel LERUDI–LEcture Rapide aux Urgences du Dossier Informatisé - a été conçu pour faciliter l’exploration et la recherche dans le dossier patient informatisé (DPI) des patients polypathologiques en structure de médecine d’urgence (SAMU - Centre 15 ou service d’urgences). L’objectif de ce travail était d’évaluer la pertinence des termes retenus par le prototype pour les médecins urgentistes.

    Méthode

    Un outil francophone de traitement du langage naturel a été créé puis affiné autour d’une ontologie de la médecine d’urgence. Des comptes rendus hospitaliers, anonymisés, ont été annotés par le logiciel. Des urgentistes ont jugé la pertinence de ces annotations.

    Résultats

    Dix-huit pour cents des mots des 406 comptes rendus hospitaliers évalués sont considérés comme « important pour la pratique » par ces experts. Sur les documents annotés par le prototype, le taux de rappel est de 89 %, le taux de précision de 81 % et le taux de contresens de 2 %. Ces chiffres atteignent les seuils de performance requis pour un outil de recherche sémantique.

    Conclusion

    En laboratoire, LERUDI est adapté à une utilisation par les urgentistes. Il doit encore être évalué en structure de soins. Ses modules pourraient être adaptés au dossier médical personnel (DMP) ou au programme SI-Samu pour la synthèse des épisodes de régulation médicale des patients et le traitement secondaire des données.

    13 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • De l’information à la compréhension : une affaire de spécialistes

    8 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Œdème lésionnel pulmonaire après inhalation de chlore en piscine

    3 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Attitude pseudoparalytique du nourrisson révélatrice d’un abcès du muscle psoas

    30 May 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Perforation digestive sous anticoagulant direct

    25 May 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • 2017 : création du CNU de médecine d’urgence

    25 May 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Que comprennent les patients laissés sur place par le Smur quant aux informations communiquées par le médecin ?

    Résumé

    Objectif

    La qualité de la communication entre un médecin et un patient constitue le principal facteur de compliance des patients. Une mauvaise communication génère des incompréhensions qui majorent le risque de morbimortalité et engagent la responsabilité légale du médecin. Or, de nombreux travaux ont montré que les médecins communiquent mal avec leurs patients, y compris dans les services d’urgence. Dans cette étude, nous avons évalué le niveau de compréhension des patients laissés sur place par la structure mobile d’urgence et de réanimation (Smur) quant au diagnostic posé, au traitement réalisé, au suivi préconisé et aux motifs de rappel du centre 15.

    Matériels et méthode

    Nous avons réalisé une étude observationnelle prospective monocentrique. Il s’agissait de confronter ce que les patients laissés sur place à l’issue de leur prise en charge par le Smur avaient compris aux informations communiquées par le médecin. Des entretiens téléphoniques ont été réalisés avec les patients. Les médecins ont rempli un questionnaire autoadministré.

    Résultats

    Quatre-vingt-un pour cent des patients laissés sur place par le Smur présentaient des déficits de compréhension quant aux instructions délivrées par le médecin dans au moins un des quatre domaines étudiés. Les patients, tout comme les médecins, n’avaient pas conscience de ces déficits.

    Conclusion

    La majorité des patients laissés sur place par le Smur comprend insuffisamment les instructions délivrées par le médecin. Ces résultats interpellent quant à la nécessité de mettre en oeuvre des mesures de remédiation et de gestion des risques afférents, notamment sur le plan de la formation initiale et continue des médecins urgentistes.

    22 May 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Céphalées fébriles aux urgences : un cas de leptospirose

    19 May 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Le syndrome de la poche à urines violettes

    13 May 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Intoxication criminelle à l’atropine

    6 May 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Une hernie de contenu atypique

    5 May 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Lymphangite aiguë infectieuse

    29 Apr 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Actualités en médecine d’urgence

    29 Apr 2017, 2:00 am

    Lire la suite