SFMU - Société Française de Médecine d'Urgence

Publications

Annales Françaises de Médecine d'Urgence

Les Annales Françaises de Médecine d’Urgence publient des articles originaux, des revues de la littérature, et des cas cliniques dans tous les domaines de la médecine d’urgence (médical, chirurgical, et psychiatrique, adulte et pédiatrique, hospitalier et pré-hospitalier), y compris dans le domaine des urgences collectives. La revue aborde les aspects pédagogiques (formation initiale et continue), organisationnels, éthiques, et professionnels de la médecine d’urgence, et notamment les aspects plus spécifiques de la médecine d’urgence que sont l’évaluation de la gravité, le triage, et l’orientation des patients.
La revue s’intéresse également aux relations avec les autres disciplines médicales agissant en interface en amont, en aval, et au sein des structures d’urgences. Bien qu’orientée en priorité sur l’expression scientifique médicale, la revue accueille volontiers les contributions des professions paramédicales de la médecine d’urgence ainsi que les aspects relevant des domaines non médicaux (sciences humaines, droit, administration).

Pour être informé du sommaire: Service ToC Alerts


Comment soumettre un manuscrit

Le site de soumission en ligne : http://lavoisier.fontismedia.com/amu/ 

Recommandations aux auteurs: ici

Retrouvez ci-dessous les derniers articles publiés dans les Annales françaises de médecine d'urgence [Lavoisier]

  • La subluxation de la tête radiale ou « pronation douloureuse »

    Résumé

    La subluxation de la tête radiale, aussi dénommée « pronation douloureuse », est secondaire à une interposition du ligament annulaire au sein de l’articulation huméroradiale. Il s’agit d’une pathologie ostéoarticulaire pédiatrique fréquente en service d’urgences. Elle nécessite une réduction spécifique qui consiste à lever l’interposition ligamentaire. Les deux principales techniques de réduction sont la manoeuvre classique combinant un mouvement de supination et de flexion de l’avant-bras et une manoeuvre, moins connue, consistant à réaliser une pronation forcée jusqu’à la perception d’un ressaut au niveau de la tête radiale signant le succès de celle-ci. Ces techniques de réduction sont de réalisation aisée et rapide, avec un taux de succès très élevé. Selon les méta-analyses, la technique en pronation forcée, considérée comme étant plus efficace, devrait être préférée en première intention. Ainsi, nous proposons un algorithme simple de prise en charge rapide de la subluxation de la tête radiale aux urgences reposant sur l’évaluation clinique et l’utilisation préférentielle de la manoeuvre de réduction en pronation forcée.

    7 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Physiopathologie et prise en charge de l’hypotension post-intubation en séquence rapide

    Résumé

    Une hypotension artérielle à la suite d’une intubation en séquence rapide est fréquente. Cette hypotension, encore appelée en France collapsus de reventilation, est multifactorielle. Après analyse de la fréquence et de la morbimortalité de l’hypotension post-intubation (HPI), les mécanismes physiopathologiques ainsi que les différents paramètres aboutissant à cette hypotension sont décrits. Les différents facteurs prédictifs d’HPI sont analysés afin de proposer une conduite à tenir, tant sur le plan préventif que curatif. Ainsi, le remplissage vasculaire systématique avant toute intubation en urgence, le choix des agents utilisés pour l’induction puis pour l’entretien de la sédation, les réglages des paramètres ventilatoires (notions de ventilation protectrice et d’hypercapnie permissive) et enfin le recours aux amines vasopressives sont autant de moyens efficaces pour lutter contre l’HPI.

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Rouget du porc du membre inférieur

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Hématome périnéal spontané révélant une rupture d’anévrisme de l’artère iliaque interne

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Le syndrome de la poche à urines violettes

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Syndrome de Wellens

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Les médecins exerçant en service mobile d’urgence et de réanimation savent-ils remplir un certificat de décès ?

    Résumé

    Objectif

    Déterminer si les médecins exerçant en services mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) ont des difficultés à remplir les certificats de décès et s’ils ressentent un besoin de formation.

    Matériels et méthodes

    Un questionnaire en ligne a été envoyé aux médecins des SMUR du Bas-Rhin. Il comprenait cinq situations cliniques courantes pour lesquelles il leur était demandé de rédiger un certificat de décès.

    Résultats

    Quarante et un des 67 médecins interrogés ont répondu au questionnaire. Tous déclaraient rédiger couramment des certificats de décès en SMUR et éprouver des difficultés, la principale étant de notifier la cause du décès. Aucun médecin n’a su rédiger sans erreur les cinq certificats. Respectivement 93 %, 64 %, 79 % et 71 % d’entre eux se trompaient au moins une fois lors du remplissage des cases « obstacle médico-légal », « obligation de mise en bière immédiate », « obstacle au don du corps » et « prélèvement en vue de rechercher la cause du décès ». 46 % énonçaient en outre « arrêt cardiorespiratoire » comme cause de décès. Près d’un médecin sur deux rapportait ne jamais avoir bénéficié de formation concernant la rédaction des certificats de décès, dont le besoin moyen estimé par échelle visuelle analogique était de 5,6 sur 10.

    Conclusion

    Les médecins exerçant dans les SMUR du Bas- Rhin éprouvent d’importantes difficultés de rédaction des certificats de décès, qui ne se traduisent pas toujours par un besoin de se former à cet acte, alors même que les enjeux liés à celui-ci sont importants, en particulier sur le plan épidémiologique.

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Prise en charge de la dyspnée aiguë suspecte d’insuffisance cardiaque en urgence : un challenge diagnostique et thérapeutique

    Résumé

    Introduction

    La dyspnée aiguë est un symptôme fréquent incluant l’insuffisance cardiaque aiguë (ICA). La prise en charge précoce des syndromes coronariens aigus a permis d’en améliorer le pronostic. La dyspnée est devenue un nouveau challenge diagnostique et thérapeutique. Cette mise au point présente la prise en charge de la dyspnée aiguë suspecte d’ICA.

    En préhospitalier

    Un traitement inapproprié ou un mauvais diagnostic sont responsables d’une surmortalité. Les recommandations insistent sur la relation entre un diagnostic précoce, un traitement approprié et le pronostic, avec le concept récent de time-to-therapy. Différents outils sont disponibles dont l’échographie clinique, composée d’une échographie pulmonaire, d’une coupe 4 cavités, et d’une échographie vasculaire.

    Dans le service d’accueil des urgences

    La radiographie pulmonaire et les dosages biologiques sont recommandés. Le peptide natriurétique de type B (brain natriuretic peptide [BNP]) permet d’améliorer la performance diagnostique, mais sa valeur varie avec de nombreux facteurs. Il peut être normal en cas d’oedème aigu du poumon flash.

    Traitement et orientation

    Le concept de time-to-therapy a un rôle important dans la prise en charge de l’ICA. L’oxygène, la ventilation non invasive, les vasodilatateurs et les diurétiques sont recommandés le plus tôt possible. Toute première poussée d’ICA doit être hospitalisée, et tout patient présentant une défaillance organique doit être admis en réanimation.

    Conclusion

    L’échographie pulmonaire associée au BNP sont des outils efficaces face à un patient dyspnéique. La thérapeutique doit être initiée le plus rapidement possible. L’amélioration du pronostic des patients insuffisants cardiaques repose sur une filière de prise en charge dès le préhospitalier.

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Parcours professionnel des urgentistes titulaires du DESC de Médecine d’Urgence dans l’interrégion du Sud-Ouest

    Résumé

    Introduction

    La création du diplôme d’études spécialisées de médecine d’urgence (DES) en 2015 met la médecine d’urgence au même rang que toutes les spécialités. Ce diplôme fait suite au diplôme d’études spécialisées complémentaire de médecine d’urgence (DESC MU) de type 1, non qualifiant, créé en 2004. L’objectif de cette étude est d’évaluer le parcours et les projets professionnels des urgentistes titulaires du DESC MU de la région Sud-Ouest.

    Méthode

    Étude multicentrique descriptive en interrogeant tous les médecins ayant validé leur DESC MU de 2008 à 2015 dans l’interrégion Sud-Ouest. Le recueil de données a ciblé la description du premier poste occupé et du poste actuel (statut, lieu d’exercice, secteur, temps de travail, activité annexe, nombre de changements de poste) ainsi que le projet professionnel à terme.

    Résultats

    Parmi les 173 DESC MU identifiés, 156 ont répondu (94 %) dont 151 exerçaient la médecine d’urgence lors de l’enquête. Plus de la moitié des répondants (55 %; n=86) n’a jamais changé de lieu d’exercice après l’obtention du diplôme DESC MU et la majorité (81 %; n=127) continue d’exercer dans leur région d’origine. L’activité des praticiens se diversifie au fil de l’avancée dans leur carrière professionnelle. À terme, 114 (75 %) des répondants envisagent de poursuivre la médecine d’urgence, tandis que 28 (19 %) n’en sont pas certains.

    Discussion

    La volonté des DESC MU de poursuivre dans cette jeune spécialité est encourageante et est vérifiée par leur implication professionnelle.

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Compression veineuse iliaque bilatérale : une complication rare du fécalome

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • L’entorse du Lisfranc : une entorse du médiopied à ne pas manquer !

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Du plan blanc au dispositif hospitalier de gestion de crise : une proposition d’évolution conceptuelle et opérationnelle

    Résumé

    Le plan blanc et le plan hôpital sous tension sont les outils dont disposent les établissements hospitaliers français pour faire face aux situations sanitaires exceptionnelles et aux situations de crise. Le dispositif d’organisation de la réponse du système de santé en situations sanitaires exceptionnelles définit le cadre conceptuel et plus particulièrement les concepts d’intégration, anticipation, continuité, graduation et adaptation de la réponse, de recherche d’une réduction de la vulnérabilité des installations et d’une approche par « effet à obtenir ». L’activation intempestive du plan blanc est perçue comme un danger à cause des lourdes conséquences que cela comporte cependant le seuil de distinction entre tension et situation exceptionnelle est souvent difficile à définir quantitativement. De plus, parmi les activités inhérentes à la gestion de crise, l’accent est mis sur les activités de réponse alors que peu de dispositions concernent, par exemple, la réduction de la vulnérabilité ou la préparation. Par le biais d’une modélisation circulaire de la gestion de crise, on définit ici des phases interdépendantes qui assurent la prise en compte de toutes ses composantes, renforçant ainsi l’approche actuelle. Par ailleurs, la préconisation d’un schéma organisationnel unique, quelle que soit l’intensité ou la nature de l’événement venant impacter l’établissement, permet une simplification des procédures avec de nombreuses retombées positives. Ces mesures sont réunies dans le « dispositif de gestion de crise » développé non pas en contradiction avec les dispositions en vigueur mais comme une évolution du modèle actuel, en respectant et développant ses principes fondateurs. La pertinence de ce modèle s’étend aux agences régionales de la santé et à tous les acteurs permettant ainsi une harmonisation des approches dans le respect des particularités opérationnelles de chacun.

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Attitude pseudoparalytique du nourrisson révélatrice d’un abcès du muscle psoas

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Thrombolyse intraveineuse dans les infarctus cérébraux aigus dans un centre sans unité neurovasculaire : expérience du centre hospitalier de Cayenne

    Résumé

    Contexte

    La thrombolyse intraveineuse (TIV) par activateur tissulaire du plasminogène recombinant (rt-PA) est recommandée pour la prise en charge d’accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique aigu. Nous avons évalué la faisabilité et la sécurité du traitement dans un contexte d’absence d’unité neurovasculaire.

    Méthodes

    Nous avons mené une étude rétrospective à partir des données informatisées de tous les patients ayant bénéficié d’un traitement par TIVau centre hospitalier de Cayenne entre avril 2014 et avril 2016. Les critères de sélection sont basés sur les résultats des études NINDS et ECASS III, hormis quelques situations discutables telles que l’âge >80 ans, la présence d’épilepsie, etc. Les différents délais entre le début des symptômes d’AVC, l’arrivée aux urgences et le traitement par rt-PA ont été calculés. Le score NIHSS (National Institute of Health Stroke Scale) a été utilisé à l’admission, puis pour l’évaluation des résultats cliniques 24 heures après la TIV et avant la sortie, ainsi que le mRs à la sortie. L’IRM cérébrale a été l’imagerie de choix à l’entrée et à 24 heures postthrombolyse. Mais, dans certains cas, le scanner cérébral avec ou sans produit de contraste a aussi été utilisé.

    Résultats

    Quarante-huit patients victimes d’AVC ischémiques aigus ont été inclus avec une prédominance masculine de 37 sur 48 soit 77 % et un âge moyen de 64 ans. Le temps écoulé entre la survenue de l’AVC au traitement rt-PA était de 202 min soit 3h22 et le délai de l’arrivée aux urgences jusqu’au début de la TIV est de 110 min (1h50). Vingt-six patients ont présenté une récupération clinique précoce avec une diminution du score NIHSS de quatre points à 24 heures, parmi lesquels 18 ont poursuivi leur amélioration jusqu’à la sortie. L’hémorragie intracérébrale post-TIV a été observée chez trois patients, tous asymptomatiques. Le nombre total de décès était de cinq patients soit 10 % dont trois avec une occlusion de l’artère cérébrale moyenne avec échec à la TIV, aggravation et décès, par défaut d’accès à la thrombectomie. Conclusion: Notre étude, réalisée sur un petit échantillon, démontre que la TIV d’AVC ischémique aigu est aussi faisable avec moins de risque en cas de nécessité et en absence d’unité neurovasculaire. Mais, ceci n’est réalisable qu’en présence de praticiens compétents et formés dans la prise en charge de la pathologie neurovasculaire.

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Actualités en médecine d’urgence

    1 Jul 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Invagination gastrique

    23 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Hémorragie cérébrale et spot sign

    16 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Migration inhabituelle de cathéter de dialyse péritonéale chez l’enfant

    1 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • Lymphangite aiguë infectieuse

    1 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite
  • SCIWORA ou la fable du chêne et du roseau

    1 Jun 2017, 2:00 am

    Lire la suite