Alertes Sanitaires

Epidémie de rougeole (Mise à jour 26 Avril 2018)

Date de publication sur le site SFMU : 26 avril 2018

Près de 2 000 cas de rougeole ont été déclarés dans 78 départements depuis novembre 2017, avec un doublement du nombre de cas au cours du dernier mois. Bien que déjà élevé, le nombre de cas réels est probablement plus important, compte tenu d’une sous-déclaration estimée à 50%.

En conséquence, dans son avis du 23 avril 2018, le Haut Conseil de la santé publique a émis de nouvelles recommandations relatives à la stratégie de surveillance des cas de rougeole et à la priorisation de la confirmation biologique des cas en situation épidémique :

- maintien de la surveillance par le signalement sans délai de tout cas suspect de rougeole à l’ARS, en utilisant tout moyen à disposition (téléphone, télécopie, courriel, fiche DO), afin de suivre la dynamique de l’épidémie et d’assurer la gestion autour des cas. Il est rappelé qu’une investigation a minima autour de chaque cas est nécessaire afin d’identifier les personnes ou les situations à risque nécessitant la mise en œuvre rapide de mesures de gestion et de prévention de la maladie ;

- priorisation du diagnostic biologique de rougeole dans certaines situations spécifiques, notamment en présence de facteurs de gravité ;

- vaccination post-exposition, sans attendre la confirmation biologique des cas, en situation de cas groupés ou dans une région épidémique.

La DGS rappelle l’importance de la vérification du statut vaccinal vis-à-vis de la rougeole de toutes les personnes nées à partir de 1980, et particulièrement les enfants de 1 à 4 ans, les adolescents, les jeunes parents et les femmes en âge de procréer, en vue d’un rattrapage vaccinal le cas échéant.

Consulter l’avis du HCSP : https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=651

Consulter les dernières données épidémiologiques : https://www.santepubliquefrance.fr/Actualites/Rougeole-en-France-plus-de-1-800-cas-et-78-departements-touches-depuis-le-1er-janvier-2018

Consulter l’aide-mémoire sur les recommandations vaccinales et sur les mesures préventives autour d’un cas de rougeole : http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/aide-memoire_vaccination_rougeole_2018.pdf
 
Mise à jour 14 mars 2018
Une épidémie de rougeole est en cours en Europe et le virus circule également en France. Au 12 Mars 2018, 913 cas de rougeole (dont 201 cas hospitalisés) ont été déclarés depuis novembre 2017 confirmant le début d’une épidémie en France. La proportion de cas de rougeole chez les personnes non vaccinées—chez celles nées après 1980— reste très importante (73%) et reflète l’insuffisance de la couverture vaccinale contre la rougeole en France. L’accélération du nombre de cas déclarés observée depuis les deux dernières semaines (249 cas) fait craindre une épidémie d’ampleur importante. La Gironde reste le département le plus touché, mais le virus a tendance à diffuser sur le territoire national : 59 départements déclarent des cas de rougeole depuis novembre 2017 et plusieurs cas nosocomiaux ont été signalés.
La rougeole est une maladie potentiellement sévère dont le risque de complications (encéphalite, pneumonie..) est non négligeable.
L’ARS vous informera de la situation épidémiologique de votre région permettant d’adapter la stratégie de réponse.

       

1.       Signalement des cas et gestion des contacts
 
Tout cas de rougeole doit être signalé immédiatement, sans attendre les résultats biologiques, par tout moyen approprié (téléphone, télécopie…) à votre ARS, afin de permettre la mise en place sans délai des mesures de santé publique urgentes. En particulier, il est important de communiquer à votre ARS l’identité et les coordonnées du cas et de lui retourner rapidement la fiche de déclaration obligatoire.
Afin de limiter la circulation du virus, l’identification et la prise en charge des contacts doivent en effet être réalisées en urgence et au plus tard dans les 72h.
Un sujet contact est défini comme une personne ayant côtoyé le malade pendant sa période de contagiosité (5 jours avant jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption):
·         Les contacts proches : Entourage familial (personnes de la famille vivant sous le même toit), enfants et adultes de la même section en crèche ou en halte-garderie, enfants et adultes exposés au domicile de garde quand le cas est gardé par une assistante maternelle.
·         Les contacts dans les autres collectivités : Toute personne, enfant ou adulte, ayant partagé la même collectivité, notamment : École, collège, lycée, internat, lieu de travail… : personnes ayant fréquenté de manière concomitante les mêmes locaux que le malade (classe, cantine, dortoir, bureau, salle d’attente…), quelle que soit la durée de contact avec le cas.

 

Les établissements de santé identifient et prennent en charge dans les meilleurs délais les sujets contacts suivants :
-        Contacts familiaux,
-        Contacts au sein de l’établissement : patients, accompagnants, personnel hospitalier et intervenants à l’hôpital, transport sanitaire...
 
Les personnes à risque de forme grave,  c’est à dire les femmes enceintes, nourrissons de moins de 1 an et les sujets immunodéprimés sont à identifier en urgence pour une prise en charge spécifique. Pour ces contacts à risque, le Haut Conseil de Santé Publique recommandeune prophylaxie par immunoglobulines polyvalentes (voir annexe) par voie intra veineuse dans les six jours suivant le contage après l’avis d’un médecin expert hospitalier (infectiologue, gynécologue obstétricien, pédiatre,...).
En cas de difficulté de gestion des sujets contacts, l’ARS en lien avec le CPIAS pourra intervenir en appui de votre établissement.
La recherche des sujets contacts et des cas dans les autres collectivités est assurée par l’ARS.
 
 
 
2.       Recommandations pour la prise en charge des cas
 
Dans ce contexte, il est important que vous mobilisiez les professionnels de votre établissement et notamment, si la situation le requiert, les équipes opérationnelles d’hygiène hospitalière, les médecins du travail, les infectiologues, le coordonnateur de la lutte contre les infections nosocomiales, le responsable du système de management de la qualité ou tout autre professionnel à impliquer.
 
a.      Accueil et prise en charge aux urgences
Dans les services d’urgences, l’infirmière d’accueil et d’orientation devant tout patient avec un tableau clinique faisant suspecter un diagnostic de rougeole (tout sujet présentant une éruption cutanée fébrile caractéristique doit être considéré comme un cas potentiel) impose le port d’un masque chirurgical. Le patient doit être examiné dans un box individuel afin de limiter tout passage par la salle d’attente. Compte tenu de l’identification de cas nosocomiaux, nous vous rappelons que les mesures barrières (précautions complémentaires de type contact et air) sont à instaurer autour de tout patient suspecté de rougeole dans tous les services de soins et plus particulièrement dans le service d’accueil des urgences. La transmission aérienne du virus de la rougeole est possible jusqu’à 2h après le départ du patient atteint de rougeole. La fiche 5 de la circulaire DGS/RI1/2009/334 du 04 Novembre 2009 précise la conduite à tenir autour d’un cas de rougeole en milieu de soins.
Conformément à cette même circulaire, concernant la confirmation diagnostique, il est nécessaire qu’au moins les premiers cas (de 5 à 10) subissent un prélèvement à visée diagnostique, sachant que l’investigation épidémiologique établira les liens entre les cas d’une même chaine de transmission. Une confirmation biologique doit être organisée par l’établissement et, en cas de positivité, des prélèvements sont mis à disposition du CNR pour recherche et caractérisation virale.

 

b.      Hospitalisation
En cas d’hospitalisation, un isolement en chambre individuelle du patient durant 5 jours après le début de l’éruption est préconisé par le Haut Conseil de Santé Publique. Les déplacements doivent être limités au strict nécessaire et tout déplacement doit s’effectuer avec le port d’un masque chirurgical. Le nombre de personnels soignants dédié à la prise en charge du patient doit être limité. Les personnels intervenants doivent être immunisés, porter un masque FFP2 et utiliser des gants. Les visites auprès du patient doivent être limitées et le visiteur doit porter un masque FFP2.

         

3.       Mesures générales pour les personnels de l’établissement de santé

 

Compte tenu des caractéristiques de contagiosité de la rougeole et de la survenue de certains cas de rougeole en milieu de soins avec des soignants contaminés qui ont pu être à l’origine d’une transmission nosocomiale, le calendrier vaccinal 2018 recommande à tout personnel de l’établissement de santé de vérifier son statut vaccinal et de procéder le cas échéant, en lien avec la médecine du travail (ou son médecin traitant), à une mise à jour de sa vaccination (voir annexe).
Conformément aux recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique, les mesures suivantes doivent être prises en lien avec la médecine du travail pour tout professionnel de l’établissement de santé considéré comme un cas suspect de rougeole : éviction immédiate au moins durant la phase contagieuse jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption.
Pour les personnels à risque, une adaptation du poste de travail au sein de l’établissement sera proposée.
En plus de ces recommandations, une information interne relative à la prise en charge actuelle de patients atteints de rougeole est à mettre en œuvre dans tous les services cliniques et techniques concernés de l’établissement de santé via tous les outils disponibles : affichettes aux points d’entrée des services, intranet…

 

Je vous remercie de votre collaboration active et de la diffusion de ces informations et de leur bonne prise en compte par l’ensemble des professionnels de santé concernés.

 

Pr Jérôme SALOMON
                                                                                                                                             Directeur général de la santé
 
P
 


   

ANNEXE : Synthèse de recommandations d’immunisation dans le contexte d’épidémie de rougeole
 
Recommandations générales  en dehors de toute exposition :
Tous les enfants à l’âge de 18 mois devraient avoir reçu 2 doses de vaccin trivalent. 2 doses sont nécessaires pour avoir une protection. La première dose est effectuée à l’âge de 12 mois. La deuxième dose est effectuée entre 16 et 18 mois. Toutefois dans un contexte de circulation active du virus, la deuxième dose peut être avancée à 13 mois en respectant un délai d’un moins entre les deux doses.
  • Personnes nées depuis 1980
    • 2 doses sont nécessaires pour avoir une protection. La deuxième dose doit respecter au minimum un délai d’un mois par rapport à la première injection.

 

  • Professionnels de santé ou personnels chargés de la petite enfance : 1 dose de vaccin est prévue en absence de vaccination et d’antécédent  connu de rougeole.
Recommandations en post-exposition :

 

La vaccination post exposition peut prévenir la rougeole si elle est effectuée dans les 72h suivant le contage. Toutefois, en dehors de ce délai cette vaccination reste utile pour la mise à jour du statut vaccinal.
·         Cas de rougeole isolé (après confirmation biologique)
o   Personne immunocompétente née après 1980
§  A partir de 12 mois : mise à jour du statut vaccinal avec 2 doses de vaccin en absence de vaccination ou d’antécédent connu de rougeole.
§  La deuxième dose doit respecter au minimum un délai d’un mois.
o   Enfant âgé de 6 à 11 mois révolus avec contage < 72h :
§  Une dose de vaccin
§  Par la suite, l’enfant devra être vacciné normalement, avec 2 doses de vaccin
o   Personnel de santé ou chargé de la petite enfance, sans ATCD de rougeole, ou n’ayant pas reçu 2 doses, quel que soit l’âge : une dose de vaccin
o   Personnes nées avant 1980
§  la vaccination sera étudiée au cas par cas (par exemple : absence de vaccination ou d’antécédent connu de rougeole, projet de grossesse, existence dans l’entourage des personnes à risque, dite stratégie de cocooning, etc.).
o   Personne à risque[1]
§  Immunoglobulines: une prophylaxie par immunoglobulines polyvalentes à proposer, après expertise d’un infectiologue, d’un pédiatre ou d’un gynécologue-obstétricien  par voie intra veineuse dans les six jours suivant le contage est recommandée pour les nourrissons âgés de moins de 6 mois nés de mères non immunes, les nourrissons âgés de 6 à 11 mois n’ayant pu être vaccinés dans les délais ainsi que les personnes à risque de rougeole grave : personnes immunodéprimées, femmes enceintes ne pouvant être vaccinées. Si une femme accouche moins de 10 jours après avoir déclaré une rougeole, l’administration d’immunoglobulines est recommandée pour le nouveau-né dès la naissance.

           

·         Cas groupés de rougeole[2] (sans attendre la confirmation)
o   Personne immunocompétente
§  Enfant âgé de 6 à 11 mois  avec contage < 72h: Une dose de vaccin
Par la suite, l’enfant devra être vacciné normalement, avec 2 doses de vaccin
§  Pour tous les âges (à partir de 12 mois) : mise à jour du statut vaccinal avec 2 doses de vaccins en absence de vaccination ni d’antécédent connu de rougeole.
§  La deuxième dose doit respecter au minimum un délai d’un mois.

 

o   Personne à risque :
§  Immunoglobulines: une prophylaxie par immunoglobulines polyvalentes à proposer, après expertise d’un infectiologue, d’un pédiatre ou d’un gynécologue-obstétricien  par voie intra veineuse dans les six jours suivant le contage est recommandée pour les nourrissons âgés de moins de 6 mois nés de mères non immunes, les nourrissons âgés de 6 à 11 mois n’ayant pu être vaccinés dans les délais ainsi que les personnes à risque de rougeole grave : personnes immunodéprimées, femmes enceintes ne pouvant être vaccinées. Si une femme accouche moins de 10 jours après avoir déclaré une rougeole, l’administration d’immunoglobulines est recommandée pour le nouveau-né dès la naissance.

                 

La PJ contient les logigrammes mentionnés dans le texte.

 
[1] Femme enceinte, immunodéprimé ou nourrissons de moins 6 mois et de 6 à 11 mois révolus en l’absence de vaccination dans les 72 h après le contact
 
 
[2] Un cas groupé se définit comme la survenue de 3 cas ou plus de rougeole parmi lesquels au moins un cas a été confirmé biologiquement, dans une même zone géographique (commune, arrondissement, département), sur une période de temps limitée (quelques jours voire quelques semaines). Le nombre de cas est ramené à 2 cas ou plus si les cas fréquentent une même collectivité (école, colonie de vacances, crèche, etc.)
 
 

Références : cp_rougeole_def_dgs_spf.pdf

Liens : Pour en savoir plus : Des documents et fiches utiles à votre pratique (questions réponses, repères pour votre pratique...) ainsi que des documents grand public vous permettant de répondre aux interrogations des patients sont en ligne sur les sites internet suivantes : -Ministère des solidarités et de la santé : http://solidarites-sante.gouv.fr/rougeole-professionnels-de-sante -Agence nationale de santé publique: http://www.vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/Rougeole http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole/Points-d-actualites Documents de référence : - CIRCULAIRE N°DGS/RI1/2009/334 du 4 novembre 2009 relative à la transmission obligatoire de données individuelles à l’autorité sanitaire en cas de rougeole et la mise en œuvre de mesures préventives autour d’un cas ou de cas groupés. - Actualisation des précautions standard - hygiènes - Société Française d’Hygiène Hospitalière - juin 2017). - HCSP Guide pour l’immunisation en post-exposition Vaccination et immunoglobulines Février 2016 https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=548 - HCSP Avis et rapport du 27 janvier 2013, Survenue de maladie infectieuse dans une collectivité, conduite à tenir. - Plan d’élimination de la rougeole et de rubéole congénitale en France 2005-2010 guide des conduites à tenir en cas de maladies transmissibles dans une collectivité d’enfants. - Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2018 : http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/calendrier_vaccinations_2018.pdf

Retour à la liste des alertes

Partenaires institutionnels de l'Alerte Sanitaire d'Urgence du site S.F.M.U. :

Les institutions suivantes participent, soit contractuellement, soit par l'intermédiaire de correspondants, à l'évolution du site de la S.F.M.U. :

Direction Générale de la Santé, par l'intermédiaire du Docteur Philippe Magne, Bureau des Alertes et Problèmes Emergents. Site : Ministère de la Santé

Société de Toxicologie Clinique : Docteurs P. Manel, Docteur P. Harry

Anne-Sophie Barret pour l'Institut National de Veille Sanitaire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.