Actualités de l'Urgence - APM

21/09 2022
Retour

"JE MESURE LA TÂCHE QUI EST LA MIENNE" (ARNAUD ROBINET, NOUVEAU PRÉSIDENT DE LA FHF)

(Par Geoffroy LANG et Sabine NEULAT-ISARD)

PARIS, 21 septembre 2022 (APMnews) - Le président nouvellement élu de la Fédération hospitalière de France (FHF), Arnaud Robinet, a dévoilé ses priorités pour les débuts de son mandat lors d'un entretien accordé mercredi à APMnews.

"Je mesure la tâche qui est la mienne à un moment où nous sommes à un tournant de l'évolution de notre système de santé, et qui plus est de l'hôpital public", a déclaré Arnaud Robinet, maire de Reims (Horizons) et précédemment président de la FHF Grand Est, mercredi lors d'un entretien accordé à APMnews dans la foulée de son élection à la présidence de la FHF (cf dépêche du 21/09/2022 à 11:29).

Après avoir fait part de son émotion et remercié l'ensemble des membres du conseil d'administration pour son élection, Arnaud Robinet a fait remarquer que son mandat de président de la fédération hospitalière commençait "sur les chapeaux de roue": "Mon rôle aujourd'hui c'est de porter la voix du secteur public lors de la Conférence des parties prenantes mais également lors du PLFSS [projet de loi de financement de la sécurité sociale pour] 2023 qui sera présenté en conseil des ministres la semaine prochaine."

À l'approche de la présentation du PLFSS en conseil des ministres lundi, le président de la FHF a soutenu qu'une "évolution" de l'objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam) de plus de 4,5% lui paraissait "indispensable pour le secteur public".

"Nous avons besoin au minimum de 3 milliards d'euros (Md€) pour faire face aux surcoûts Covid [cf dépêche du 01/07/2022 à 18:25] et il y a la prise en compte de l'inflation qui représente 1 milliard d'euros pour les établissements publics de santé, et la revalorisation RH [ressources humaines] du point d'indice de la fonction publique qui grève d'une certaine manière le budget des établissements", a-t-il enchaîné, en ajoutant que la FHF espère également que l'Ondam 2022 soit relevé de 3 Md€ par le biais d'un article rectificatif.

Le président de la FHF a affiché son intention de porter les questions du financement des établissements, des ressources humaines, de la prévention au sein de la "Conférence des parties prenantes" -ou du Conseil national de la refondation (CNR) santé-, qui sera lancée le lundi 3 octobre.

Il a confirmé que son action à la FHF s'appuierait sur les sept piliers qu'il avait détaillés dans sa profession de foi, avant l'élection (cf dépêche du 08/09/2022 à 12:33), en promettant à nouveau de les défendre "dans le cadre de la Conférence des parties prenantes".

Cinq mesures à pérenniser après la mission flash

Interrogé sur le bilan des tensions estivales et des craintes qui avaient entouré le fonctionnement des urgences hospitalières cet été, Arnaud Robinet a en premier lieu tenu à faire remarquer que "l'hôpital public a[vait] encore une fois montré son efficacité, sa réactivité et son adaptabilité".

"Il est vrai que la situation était tendue, l'hôpital public a su répondre à ce défi estival", a-t-il ajouté.

À l'approche des résultats de l'évaluation des mesures estivales (cf dépêche du 06/09/2022 à 11:05) par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), le président de la FHF a défendu le maintien "impérieux et nécessaire" de cinq des mesures de la "mission flash":

  • la revalorisation des gardes et du travail de nuit à l'hôpital, pour reconnaître la question de la pénibilité
  • la majoration des heures supplémentaires
  • l'amélioration de la prise en charge des soins non programmés
  • l'application de la loi Rist sur "l'intérim médical à des prix prohibitifs"
  • un partage des sujétions et des permanences des soins avec tous les professionnels de santé.

"Cela nécessite un dialogue constructif avec l'ensemble des parties prenantes", a-t-il souligné. "Je veux être aussi dans une démarche de dialogue avec les fédérations ou les syndicats de médecins libéraux."

"Je crois qu'on est tous dans le même bateau et ce que l'on veut défendre, c'est l'intérêt général et surtout l'accès aux soins pour l'ensemble de nos concitoyens", a-t-il insisté. "Et je pense qu'on a un dialogue à mener avec l'ensemble des autres fédérations, des autres parties, pour avoir peut-être des désaccords, mais surtout un dialogue apaisé pour pouvoir proposer à la première ministre, au ministre et à la ministre déléguée, des propositions qui pourraient être convergentes dans ce domaine."

Le président de la FHF s'est défendu cependant d'être "un fervent partisan du retour à la non-libre installation des médecins": "C'est un sujet qui braque un certain nombre de syndicats et autres, il y a peut-être un mix à trouver, nous, les fédérations, devons engager un dialogue sur ce sujet."

Il a préféré mettre en avant les territoires dans lesquels la médecine de ville était "engagée pleinement dans cette permanence des soins: "Chacun doit prendre sa part, c'est indispensable."

Donner la place qui est la sienne au secteur médico-social

Sur le médico-social, interrogé sur la proposition qu'avait faite son adversaire à l'élection, Jean-Louis Touraine, de créer un second poste de vice-président qui aurait été spécialisé sur ce secteur, Arnaud Robinet indique que ce n'est pas son projet et donc qu'il ne compte pas modifier les statuts de la FHF.

Soulignant toutefois qu'il a axé une partie de son discours sur ce secteur, il affirme la nécessité de "lui donner la place qui est la sienne au sein des instances de la FHF mais également dans les priorités de la FHF, en ce qui concerne la question du handicap, de l'autonomie, et la question des Ehpad".

Interrogé sur les besoins d'investissement des secteurs sanitaire et médico-social, il estime, se fondant sur sa propre expérience en tant que président du conseil de surveillance du CHU de Reims et plus généralement en tant qu'élu du Grand Est, que des opérations, de reconstruction ou de rénovation, ont eu lieu ou sont en cours.

Mais globalement, même si les choses "vont dans le bon sens", y compris pour les investissements hospitaliers du fait du Ségur, "on sera de plus en plus satisfaits si d'autres crédits d'investissements sont mis sur la table".

La transition énergétique, une transition de chaque instant

Évoquant la transition énergétique, autre "pilier" de son programme, il explique que le message qu'il a fait passer mercredi matin est que cette transition est "une obligation de chaque instant".

"Je suis convaincu que le défi écologique est au coeur des enjeux de santé et d'autonomie de demain et qu'on doit prendre notre part dans les objectifs de décarbonation, de sobriété et de résilience pour nos établissements."

"Je compte bien évidemment sur le [comité pour la transition écologique mis en place au sein de la FHF, cf dépêche du 02/09/2022 à 16:11] pour faire un certain nombre de propositions", ajoute-t-il.

Le vice-président de la FHF connu le 5 octobre

Le nouveau président de la FHF indique que des rencontres ont été sollicitées avec la première ministre, Elisabeth Borne, et avec les ministres en charge de la santé et du secteur médico-social (François Braun, Agnès Firmin Le Bodo, Jean-Christophe Combe et Geneviève Darrieussecq).

Il donnera sa première conférence de presse sur les propositions de la FHF dans le cadre du PLFSS et de la Conférence des parties prenantes, la semaine prochaine.

Le bureau de la FHF sera complété lors du prochain conseil d'administration de la FHF le mercredi 5 octobre. "Je proposerai un vice-président ou une vice-présidente et les membres du bureau", dans l'idée d'assurer "un équilibre avec les élus et la représentativité des territoires".

"La situation est grave"

Interrogé par APMnews à la suite de l'élection, Jean-Louis Touraine a déclaré qu'il avait "félicité" Arnaud Robinet pour son élection.

Devant quitter la vice-présidence de la FHF nationale, ne pouvant de toute façon se représenter du fait de la limitation du nombre de mandats, il reste toutefois président de la FHF Auvergne-Rhône-Alpes.

Le nouveau président de la FHF "est condamné au succès lorsqu'on voit l'état de nos hôpitaux et nos Ehpad ou la situation en matière de désertification médicale. La situation est grave et j'espère qu'il aura la possibilité de relever ce défi", affirme Jean-Louis Touraine.

Il fait part du regret "personnel" de n'avoir pas été élu, soulignant qu'il se serait consacré uniquement à cette tâche.

san-gl/ab/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

Informations professionnelles

21/09 2022
Retour

"JE MESURE LA TÂCHE QUI EST LA MIENNE" (ARNAUD ROBINET, NOUVEAU PRÉSIDENT DE LA FHF)

(Par Geoffroy LANG et Sabine NEULAT-ISARD)

PARIS, 21 septembre 2022 (APMnews) - Le président nouvellement élu de la Fédération hospitalière de France (FHF), Arnaud Robinet, a dévoilé ses priorités pour les débuts de son mandat lors d'un entretien accordé mercredi à APMnews.

"Je mesure la tâche qui est la mienne à un moment où nous sommes à un tournant de l'évolution de notre système de santé, et qui plus est de l'hôpital public", a déclaré Arnaud Robinet, maire de Reims (Horizons) et précédemment président de la FHF Grand Est, mercredi lors d'un entretien accordé à APMnews dans la foulée de son élection à la présidence de la FHF (cf dépêche du 21/09/2022 à 11:29).

Après avoir fait part de son émotion et remercié l'ensemble des membres du conseil d'administration pour son élection, Arnaud Robinet a fait remarquer que son mandat de président de la fédération hospitalière commençait "sur les chapeaux de roue": "Mon rôle aujourd'hui c'est de porter la voix du secteur public lors de la Conférence des parties prenantes mais également lors du PLFSS [projet de loi de financement de la sécurité sociale pour] 2023 qui sera présenté en conseil des ministres la semaine prochaine."

À l'approche de la présentation du PLFSS en conseil des ministres lundi, le président de la FHF a soutenu qu'une "évolution" de l'objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam) de plus de 4,5% lui paraissait "indispensable pour le secteur public".

"Nous avons besoin au minimum de 3 milliards d'euros (Md€) pour faire face aux surcoûts Covid [cf dépêche du 01/07/2022 à 18:25] et il y a la prise en compte de l'inflation qui représente 1 milliard d'euros pour les établissements publics de santé, et la revalorisation RH [ressources humaines] du point d'indice de la fonction publique qui grève d'une certaine manière le budget des établissements", a-t-il enchaîné, en ajoutant que la FHF espère également que l'Ondam 2022 soit relevé de 3 Md€ par le biais d'un article rectificatif.

Le président de la FHF a affiché son intention de porter les questions du financement des établissements, des ressources humaines, de la prévention au sein de la "Conférence des parties prenantes" -ou du Conseil national de la refondation (CNR) santé-, qui sera lancée le lundi 3 octobre.

Il a confirmé que son action à la FHF s'appuierait sur les sept piliers qu'il avait détaillés dans sa profession de foi, avant l'élection (cf dépêche du 08/09/2022 à 12:33), en promettant à nouveau de les défendre "dans le cadre de la Conférence des parties prenantes".

Cinq mesures à pérenniser après la mission flash

Interrogé sur le bilan des tensions estivales et des craintes qui avaient entouré le fonctionnement des urgences hospitalières cet été, Arnaud Robinet a en premier lieu tenu à faire remarquer que "l'hôpital public a[vait] encore une fois montré son efficacité, sa réactivité et son adaptabilité".

"Il est vrai que la situation était tendue, l'hôpital public a su répondre à ce défi estival", a-t-il ajouté.

À l'approche des résultats de l'évaluation des mesures estivales (cf dépêche du 06/09/2022 à 11:05) par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), le président de la FHF a défendu le maintien "impérieux et nécessaire" de cinq des mesures de la "mission flash":

  • la revalorisation des gardes et du travail de nuit à l'hôpital, pour reconnaître la question de la pénibilité
  • la majoration des heures supplémentaires
  • l'amélioration de la prise en charge des soins non programmés
  • l'application de la loi Rist sur "l'intérim médical à des prix prohibitifs"
  • un partage des sujétions et des permanences des soins avec tous les professionnels de santé.

"Cela nécessite un dialogue constructif avec l'ensemble des parties prenantes", a-t-il souligné. "Je veux être aussi dans une démarche de dialogue avec les fédérations ou les syndicats de médecins libéraux."

"Je crois qu'on est tous dans le même bateau et ce que l'on veut défendre, c'est l'intérêt général et surtout l'accès aux soins pour l'ensemble de nos concitoyens", a-t-il insisté. "Et je pense qu'on a un dialogue à mener avec l'ensemble des autres fédérations, des autres parties, pour avoir peut-être des désaccords, mais surtout un dialogue apaisé pour pouvoir proposer à la première ministre, au ministre et à la ministre déléguée, des propositions qui pourraient être convergentes dans ce domaine."

Le président de la FHF s'est défendu cependant d'être "un fervent partisan du retour à la non-libre installation des médecins": "C'est un sujet qui braque un certain nombre de syndicats et autres, il y a peut-être un mix à trouver, nous, les fédérations, devons engager un dialogue sur ce sujet."

Il a préféré mettre en avant les territoires dans lesquels la médecine de ville était "engagée pleinement dans cette permanence des soins: "Chacun doit prendre sa part, c'est indispensable."

Donner la place qui est la sienne au secteur médico-social

Sur le médico-social, interrogé sur la proposition qu'avait faite son adversaire à l'élection, Jean-Louis Touraine, de créer un second poste de vice-président qui aurait été spécialisé sur ce secteur, Arnaud Robinet indique que ce n'est pas son projet et donc qu'il ne compte pas modifier les statuts de la FHF.

Soulignant toutefois qu'il a axé une partie de son discours sur ce secteur, il affirme la nécessité de "lui donner la place qui est la sienne au sein des instances de la FHF mais également dans les priorités de la FHF, en ce qui concerne la question du handicap, de l'autonomie, et la question des Ehpad".

Interrogé sur les besoins d'investissement des secteurs sanitaire et médico-social, il estime, se fondant sur sa propre expérience en tant que président du conseil de surveillance du CHU de Reims et plus généralement en tant qu'élu du Grand Est, que des opérations, de reconstruction ou de rénovation, ont eu lieu ou sont en cours.

Mais globalement, même si les choses "vont dans le bon sens", y compris pour les investissements hospitaliers du fait du Ségur, "on sera de plus en plus satisfaits si d'autres crédits d'investissements sont mis sur la table".

La transition énergétique, une transition de chaque instant

Évoquant la transition énergétique, autre "pilier" de son programme, il explique que le message qu'il a fait passer mercredi matin est que cette transition est "une obligation de chaque instant".

"Je suis convaincu que le défi écologique est au coeur des enjeux de santé et d'autonomie de demain et qu'on doit prendre notre part dans les objectifs de décarbonation, de sobriété et de résilience pour nos établissements."

"Je compte bien évidemment sur le [comité pour la transition écologique mis en place au sein de la FHF, cf dépêche du 02/09/2022 à 16:11] pour faire un certain nombre de propositions", ajoute-t-il.

Le vice-président de la FHF connu le 5 octobre

Le nouveau président de la FHF indique que des rencontres ont été sollicitées avec la première ministre, Elisabeth Borne, et avec les ministres en charge de la santé et du secteur médico-social (François Braun, Agnès Firmin Le Bodo, Jean-Christophe Combe et Geneviève Darrieussecq).

Il donnera sa première conférence de presse sur les propositions de la FHF dans le cadre du PLFSS et de la Conférence des parties prenantes, la semaine prochaine.

Le bureau de la FHF sera complété lors du prochain conseil d'administration de la FHF le mercredi 5 octobre. "Je proposerai un vice-président ou une vice-présidente et les membres du bureau", dans l'idée d'assurer "un équilibre avec les élus et la représentativité des territoires".

"La situation est grave"

Interrogé par APMnews à la suite de l'élection, Jean-Louis Touraine a déclaré qu'il avait "félicité" Arnaud Robinet pour son élection.

Devant quitter la vice-présidence de la FHF nationale, ne pouvant de toute façon se représenter du fait de la limitation du nombre de mandats, il reste toutefois président de la FHF Auvergne-Rhône-Alpes.

Le nouveau président de la FHF "est condamné au succès lorsqu'on voit l'état de nos hôpitaux et nos Ehpad ou la situation en matière de désertification médicale. La situation est grave et j'espère qu'il aura la possibilité de relever ce défi", affirme Jean-Louis Touraine.

Il fait part du regret "personnel" de n'avoir pas été élu, soulignant qu'il se serait consacré uniquement à cette tâche.

san-gl/ab/APMnews

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.