Actualités de l'Urgence - APM

15/09 2020
Retour

DANS LA VIE DES ÉTABLISSEMENTS: CH DE DUNKERQUE, CH DE BEAUVAIS, CH DE VALENCIENNES, CHU DE NANCY

Le 15 septembre 2020 (APMnews) -

HAUTS DE FRANCE: Le CH de Dunkerque a ouvert une unité de soins intensifs post-opératoires

DUNKERQUE - Le centre hospitalier (CH) de Dunkerque a annoncé l'ouverture mi-septembre d'une unité de soins intensifs post-opératoires (Sipo), dans un communiqué diffusé mardi.

Cette unité "permet de compléter l’offre de soins dont bénéficient les patients" de l'établissement "en apportant une surveillance rapprochée à l’issue d’une intervention chirurgicale pour ceux qui le nécessitent", a exposé le CH.

Située au 7e étage de l'hôpital aile Est, l'unité compte 5 chambres (4 individuelles et 1 double). Elle a représenté un investissement de 140.000 euros.

Dans un autre communiqué, le CH a annoncé des actions abouties dans le cadre de sa modernisation. Il a notamment ouvert le 7 septembre sa nouvelle unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD) au 7e étage aile sud, "avec une capacité d’accueil passant de 8 à 15 patients répartie en 5 chambres simples et 5 chambres doubles" et un renforcement du personnel médical et paramédical.

Egalement, le 17 août, le CH a fini de moderniser sa nouvelle unité de surveillance continue (USC) pour laquelle les locaux sont "agrandis avec la création du bureau/salon des familles et la création de deux postes de soins permettant une sécurité accrue dans la prise en charge des patients".

HAUTS-DE-FRANCE: Grève au service de réanimation de Beauvais à compter de mardi

BEAUVAIS - Le personnel du service de réanimation du centre hospitalier (CH) de Beauvais a entamé mardi une grève illimitée pour demander une meilleure reconnaissance des spécificités de leur métier, a annoncé lundi la CGT à APMnews.

Le service compte 62 agents pour 11 lits de réanimation et 5 lits de soins continus. Les revendications portent à la fois sur une reconnaissance nationale des infirmiers et aides-soignants de réanimation (diplôme spécifique, validation des acquis pour ceux en poste, meilleure rémunération) et, au niveau de l'établissement, sur une reconnaissance financière via la nouvelle bonification indiciaire (NBI), de 10 à 13 points, soit 47 € à 60 €.

La CGT affirme avoir rencontré lundi après-midi la direction de l'établissement, qui a rejeté leurs demandes.

Les agents en grève affectés dans le service y étant assignés, le mouvement est essentiellement symbolique et n'affectera pas la prise en charge des patients, ajoute le syndicat.

HAUTS-DE-FRANCE: Le CH de Valenciennes se dote d'un nouvel automate de biologie médicale financé par des donateurs

VALENCIENNES (Nord) - Le centre hospitalier (CH) de Valenciennes a mis en service mi-août un nouvel automate Nimbus* au sein de son laboratoire de biologie, augmentant ainsi sa capacité de test PCR de 50% dans le cadre du dépistage du coronavirus Sars-CoV-2, annonce-t-il dans un communiqué transmis mardi matin.

Ce nouvel appareil a été financé intégralement par les dons des entreprises du Hainaut-Cambrésis, précise l'établissement, désormais en capacité de réaliser 450 à 500 tests par jour.

Le total des dons perçus est de 115.000 euros, pour un prix d'achat de 100.000 euros. Les 5.000 euros restant permettent l'achat de "matériel informatique complémentaire", précise le CH à APMnews.

GRAND EST: Le Samu de Nancy expérimente une solution de visioconférence

NANCY - Le Samu-centre 15 du CHU de Nancy (Samu 54) expérimente depuis février VisoSamu, une solution de visioconférence pour la régulation médicale grâce à l'application Odys* développée par Pulsy, le groupement régional d'appui au développement de l'e-santé dans le Grand Est, a-t-on appris mardi dans un communiqué du CHU.

Cette solution permet au médecin régulateur du Samu d'envoyer à la victime ou à un proche ayant contacté le centre 15 un SMS comportant un lien pour un appel vidéo, "afin obtenir des compléments visuels si nécessaires lors d’un appel en vue d’un diagnostic et d’une décision de prise en charge médicale".

Pour les usagers, VisoSamu ne nécessite aucune application ou installation préalable, "seuls un smartphone et une connexion internet sont indispensables".

"À ce jour, les médecins régulateurs de Nancy l’utilisent plusieurs dizaines de fois par mois", rapporte le CHU, "l’objectif est d’expérimenter cette solution de régulation sur le Samu 54, avant de la déployer sur d’autres Samu du Grand Est".

La solution s’appuie sur une expérimentation similaire lancée en 2016 dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de Meurthe-et-Moselle en complément des téléconsultations gériatriques programmées déployées avec le CHU de Nancy, permettant au médecin régulateur de voir, interroger et examiner un résident à distance, au moyen de valises de télémédecine avec une tablette mobile sur laquelle avait été téléchargée l’application Odys.

/gl-jyp-bd-vl/nc/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.