Actualités de l'Urgence - APM

04/05 2021
Retour

DEUX PROJETS PILOTES DE SAS SUR TROIS DÉJÀ LANCÉS EN NOUVELLE-AQUITAINE

BORDEAUX , 4 mai 2021 (APMnews) - Les projets de service d'accès aux soins (SAS) pilotes en Gironde et dans la Vienne sont effectifs depuis février et mars, tandis que celui de Charente sera lancé au 1er juin, a annoncé l'ARS Nouvelle-Aquitaine dans un communiqué diffusé lundi.

Pour rappel, ces trois initiatives font partie des 22 projets pilotes retenus en octobre 2020 pour l'expérimentation du SAS (cf dépêche du 23/11/2020 à 14:00).

Un financement de plus de 3,3 millions d'euros (M€) est alloué pour la mise en place du dispositif de SAS en Nouvelle-Aquitaine, a chiffré l'ARS.

Il est noté qu'avant la mise en place des SAS, le nombre d'appels au 15 était d'environ 3 millions en Nouvelle-Aquitaine, dont 574.000 en Gironde, 151.800 dans la Vienne et 149.000 en Charente.

L'ARS précise que le service "repose sur une plateforme téléphonique accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7" et avec une régulation médicale assurée par le Samu-centre 15, qui associe des médecins généralistes et des médecins urgentistes.

En outre, elle indique qu'une plateforme numérique pourra permettre aux régulateurs "d'accéder à une information précise sur l’offre de soins du territoire" et de faciliter "la relation avec les professionnels de santé pour une prise de rendez-vous en proximité".

Et de faire valoir que le SAS apporte une "réponse adaptée aux besoins de soins, grâce à une mobilisation coordonnée entre les professionnels de santé du premier recours et les professionnels de l’urgence hospitalière". Il "contribue ainsi à l'amélioration des parcours de santé et au désengorgement des services d’urgences".

Selon l'ARS, "le passage en mode SAS se traduit par d’importants impacts organisationnels pour les Samu-centres 15 et les professionnels de santé libéraux avec un renfort de personnel et une mise à niveau des outils de régulation".

L'agence souligne que la phase pilote menée cette année dans les trois projets de SAS sélectionnés dans la région se place "dans la perspective d’une généralisation en 2022" sur l'ensemble des territoires.

jyp/ab/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

Informations professionnelles

04/05 2021
Retour

DEUX PROJETS PILOTES DE SAS SUR TROIS DÉJÀ LANCÉS EN NOUVELLE-AQUITAINE

BORDEAUX , 4 mai 2021 (APMnews) - Les projets de service d'accès aux soins (SAS) pilotes en Gironde et dans la Vienne sont effectifs depuis février et mars, tandis que celui de Charente sera lancé au 1er juin, a annoncé l'ARS Nouvelle-Aquitaine dans un communiqué diffusé lundi.

Pour rappel, ces trois initiatives font partie des 22 projets pilotes retenus en octobre 2020 pour l'expérimentation du SAS (cf dépêche du 23/11/2020 à 14:00).

Un financement de plus de 3,3 millions d'euros (M€) est alloué pour la mise en place du dispositif de SAS en Nouvelle-Aquitaine, a chiffré l'ARS.

Il est noté qu'avant la mise en place des SAS, le nombre d'appels au 15 était d'environ 3 millions en Nouvelle-Aquitaine, dont 574.000 en Gironde, 151.800 dans la Vienne et 149.000 en Charente.

L'ARS précise que le service "repose sur une plateforme téléphonique accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7" et avec une régulation médicale assurée par le Samu-centre 15, qui associe des médecins généralistes et des médecins urgentistes.

En outre, elle indique qu'une plateforme numérique pourra permettre aux régulateurs "d'accéder à une information précise sur l’offre de soins du territoire" et de faciliter "la relation avec les professionnels de santé pour une prise de rendez-vous en proximité".

Et de faire valoir que le SAS apporte une "réponse adaptée aux besoins de soins, grâce à une mobilisation coordonnée entre les professionnels de santé du premier recours et les professionnels de l’urgence hospitalière". Il "contribue ainsi à l'amélioration des parcours de santé et au désengorgement des services d’urgences".

Selon l'ARS, "le passage en mode SAS se traduit par d’importants impacts organisationnels pour les Samu-centres 15 et les professionnels de santé libéraux avec un renfort de personnel et une mise à niveau des outils de régulation".

L'agence souligne que la phase pilote menée cette année dans les trois projets de SAS sélectionnés dans la région se place "dans la perspective d’une généralisation en 2022" sur l'ensemble des territoires.

jyp/ab/APMnews

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.