Actualités de l'Urgence - APM

21/07 2021
Retour

LES PERSONNES VACCINÉES NE SERONT PLUS CONSIDÉRÉES COMME CAS CONTACTS (JEAN CASTEX)

PARIS, 21 juillet 2021 (APMnews) - Les personnes complètement vaccinées contre le Covid-19 ne seront plus considérées comme cas contacts et n'auront plus à s'isoler, a annoncé mercredi le premier ministre, Jean Castex, lors d'une intervention au journal télévisé de TF1.

Jusqu'à présent, les personnes ayant reçu deux doses de vaccin devaient s'isoler lorsqu'elles avaient été en contact avec une personne positive au Covid-19. "Mais les analyses faites sur ces personnes montrent qu'en réalité elles n'ont plus de chances d'attraper la maladie et donc nous allons" lever cette obligation, a dit le chef du gouvernement.

Dès mercredi après-midi, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, "enverra une instruction dans ce sens" afin de "supprimer l'obligation qui s'attache au fait d'être cas contact" pour les personnes complètement vaccinées, a-t-il précisé.

Jean Castex a insisté lors de son intervention sur la dégradation de la situation sanitaire. "On est dans la 4e vague" avec "18.000" nouveaux cas mardi en l'espace de seulement 24 heures, et il y a eu une hausse des contaminations de "140%" en une semaine.

Cependant, parmi ces 18.000 nouveaux cas, "96%" des personnes n'étaient pas vaccinées. "Je le répète", la solution est de "vacciner, vacciner, et encore vacciner".

La promulgation de la loi relative à la crise sanitaire (portant notamment la vaccination obligatoire pour certains professionnels et l'extension du passe sanitaire), dont le projet est actuellement examiné à l'Assemblée nationale, est espérée par le gouvernement "au début du mois d'août", a déclaré Jean Castex.

Il compte saisir le Conseil constitutionnel "une fois que le texte aura été voté. Il y a des interrogations sur les libertés publiques, etc." et "il faut que tout soit très propre et validé par notre instance suprême".

Le premier ministre a regretté le vote mercredi matin par les députés, lors de l'examen du projet de loi, du report au 30 septembre de l'entrée en vigueur du passe sanitaire pour les 12-17 ans (cf dépêche du 21/07/2021 à 12:55). "Nous aurions préféré le faire entrer en vigueur fin août", a-t-il dit.

Néanmoins, ce report peut s'expliquer par le fait que la vaccination pour cette tranche d'âge a été ouverte seulement "le 15 juin". Et obtenir un schéma vaccinal complet fait "subir" une "contrainte forte alors même que la vaccination a commencé plus tard" pour les 12-17 ans, a-t-il commenté.

Dans l'intervalle de la promulgation de la loi relative à la crise sanitaire, "il n'est pas non plus question de rester sans agir" et des mesures de restriction continueront d'être prises au niveau territorial par les préfets pour freiner l'épidémie. Jean Castex a notamment cité la fermeture des bars et des restaurants à 23 heures instaurée depuis dimanche dans les Pyrénées-Orientales (cf dépêche du 19/07/2021 à 11:29).

Des opérations de vaccination dans les établissements scolaires à la rentrée

A partir de septembre, "nous allons mettre le paquet dans les collèges et les lycées pour vacciner tous les enfants de 12 à 17 ans", a annoncé Jean Castex. Pour les tranches d'âge inférieures, "cela dépendra de l'avis des autorités sanitaires".

Il y aura des dispositifs de vaccination "allant vers eux, à l'intérieur des établissements, dès la rentrée scolaire", a-t-il expliqué. Ces dispositifs bénéficieront aussi aux professeurs qui ne seraient pas vaccinés.

Les élèves n'auront pas besoin de passe sanitaire pour se rendre dans leur établissement, a-t-il souligné.

Concernant le contrôle du passe sanitaire, devenu obligatoire depuis mercredi dans les lieux de culture et loisirs accueillant au moins 50 personnes, la "vérification que la personne a bien son passe sanitaire" incombe aux propriétaires des établissements recevant du public, a annoncé le premier ministre.

En revanche, "tout ce qui a trait à l'identité de la personne, autrement dit si la personne fraude", cela relèvera de contrôles de la part des forces de sécurité.

Pour les établissements qui ont commencé à appliquer aujourd'hui le passe sanitaire, il y a "huit jours pendant lesquels le temps est à la pédagogie et après viendra le temps des sanctions". Cette même période de tolérance sera appliquée aux établissements qui seront soumis au passe sanitaire après promulgation de la loi relative à la crise sanitaire.

Concernant la réouverture des boîtes de nuit, elles ont mis en place le passe sanitaire et "nous surveillons de très près l'effectivité de ces mesures et la façon dont cela est contrôlé". "On sait que ce sont des endroits où la circulation virale a tendance à être la plus forte" mais les discothèques "sont sous vigilance forte", a affirmé Jean Castex.

Objectif d'atteindre "50 millions" de primo-vaccinés d'ici à la fin août

Depuis l'allocution du président de la République, Emmanuel Macron, le 12 juillet (cf dépêche du 12/07/2021 à 22:12), "plus de 3 millions de demandes de rendez-vous" de vaccination ont été prises, a dénombré le premier ministre.

Pour répondre à la demande et "accélérer" la campagne de vaccination, "nous allons ouvrir 5 millions de rendez-vous dans les 15 jours qui viennent".

L'objectif est désormais d'atteindre "50 millions de primo-vaccinés" à la fin août, avec le "défi" d'avoir 8 millions d'injections sur les deux prochaines semaines. L'objectif de 40 millions de primo-injections devrait être atteint fin juillet (contre 37 millions lundi), a déclaré Jean Castex.

syl/nc/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

Informations professionnelles

21/07 2021
Retour

LES PERSONNES VACCINÉES NE SERONT PLUS CONSIDÉRÉES COMME CAS CONTACTS (JEAN CASTEX)

PARIS, 21 juillet 2021 (APMnews) - Les personnes complètement vaccinées contre le Covid-19 ne seront plus considérées comme cas contacts et n'auront plus à s'isoler, a annoncé mercredi le premier ministre, Jean Castex, lors d'une intervention au journal télévisé de TF1.

Jusqu'à présent, les personnes ayant reçu deux doses de vaccin devaient s'isoler lorsqu'elles avaient été en contact avec une personne positive au Covid-19. "Mais les analyses faites sur ces personnes montrent qu'en réalité elles n'ont plus de chances d'attraper la maladie et donc nous allons" lever cette obligation, a dit le chef du gouvernement.

Dès mercredi après-midi, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, "enverra une instruction dans ce sens" afin de "supprimer l'obligation qui s'attache au fait d'être cas contact" pour les personnes complètement vaccinées, a-t-il précisé.

Jean Castex a insisté lors de son intervention sur la dégradation de la situation sanitaire. "On est dans la 4e vague" avec "18.000" nouveaux cas mardi en l'espace de seulement 24 heures, et il y a eu une hausse des contaminations de "140%" en une semaine.

Cependant, parmi ces 18.000 nouveaux cas, "96%" des personnes n'étaient pas vaccinées. "Je le répète", la solution est de "vacciner, vacciner, et encore vacciner".

La promulgation de la loi relative à la crise sanitaire (portant notamment la vaccination obligatoire pour certains professionnels et l'extension du passe sanitaire), dont le projet est actuellement examiné à l'Assemblée nationale, est espérée par le gouvernement "au début du mois d'août", a déclaré Jean Castex.

Il compte saisir le Conseil constitutionnel "une fois que le texte aura été voté. Il y a des interrogations sur les libertés publiques, etc." et "il faut que tout soit très propre et validé par notre instance suprême".

Le premier ministre a regretté le vote mercredi matin par les députés, lors de l'examen du projet de loi, du report au 30 septembre de l'entrée en vigueur du passe sanitaire pour les 12-17 ans (cf dépêche du 21/07/2021 à 12:55). "Nous aurions préféré le faire entrer en vigueur fin août", a-t-il dit.

Néanmoins, ce report peut s'expliquer par le fait que la vaccination pour cette tranche d'âge a été ouverte seulement "le 15 juin". Et obtenir un schéma vaccinal complet fait "subir" une "contrainte forte alors même que la vaccination a commencé plus tard" pour les 12-17 ans, a-t-il commenté.

Dans l'intervalle de la promulgation de la loi relative à la crise sanitaire, "il n'est pas non plus question de rester sans agir" et des mesures de restriction continueront d'être prises au niveau territorial par les préfets pour freiner l'épidémie. Jean Castex a notamment cité la fermeture des bars et des restaurants à 23 heures instaurée depuis dimanche dans les Pyrénées-Orientales (cf dépêche du 19/07/2021 à 11:29).

Des opérations de vaccination dans les établissements scolaires à la rentrée

A partir de septembre, "nous allons mettre le paquet dans les collèges et les lycées pour vacciner tous les enfants de 12 à 17 ans", a annoncé Jean Castex. Pour les tranches d'âge inférieures, "cela dépendra de l'avis des autorités sanitaires".

Il y aura des dispositifs de vaccination "allant vers eux, à l'intérieur des établissements, dès la rentrée scolaire", a-t-il expliqué. Ces dispositifs bénéficieront aussi aux professeurs qui ne seraient pas vaccinés.

Les élèves n'auront pas besoin de passe sanitaire pour se rendre dans leur établissement, a-t-il souligné.

Concernant le contrôle du passe sanitaire, devenu obligatoire depuis mercredi dans les lieux de culture et loisirs accueillant au moins 50 personnes, la "vérification que la personne a bien son passe sanitaire" incombe aux propriétaires des établissements recevant du public, a annoncé le premier ministre.

En revanche, "tout ce qui a trait à l'identité de la personne, autrement dit si la personne fraude", cela relèvera de contrôles de la part des forces de sécurité.

Pour les établissements qui ont commencé à appliquer aujourd'hui le passe sanitaire, il y a "huit jours pendant lesquels le temps est à la pédagogie et après viendra le temps des sanctions". Cette même période de tolérance sera appliquée aux établissements qui seront soumis au passe sanitaire après promulgation de la loi relative à la crise sanitaire.

Concernant la réouverture des boîtes de nuit, elles ont mis en place le passe sanitaire et "nous surveillons de très près l'effectivité de ces mesures et la façon dont cela est contrôlé". "On sait que ce sont des endroits où la circulation virale a tendance à être la plus forte" mais les discothèques "sont sous vigilance forte", a affirmé Jean Castex.

Objectif d'atteindre "50 millions" de primo-vaccinés d'ici à la fin août

Depuis l'allocution du président de la République, Emmanuel Macron, le 12 juillet (cf dépêche du 12/07/2021 à 22:12), "plus de 3 millions de demandes de rendez-vous" de vaccination ont été prises, a dénombré le premier ministre.

Pour répondre à la demande et "accélérer" la campagne de vaccination, "nous allons ouvrir 5 millions de rendez-vous dans les 15 jours qui viennent".

L'objectif est désormais d'atteindre "50 millions de primo-vaccinés" à la fin août, avec le "défi" d'avoir 8 millions d'injections sur les deux prochaines semaines. L'objectif de 40 millions de primo-injections devrait être atteint fin juillet (contre 37 millions lundi), a déclaré Jean Castex.

syl/nc/APMnews

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.