Actualités de l'Urgence - APM

08/10 2019
Retour

LUBRIZOL: EDOUARD PHILIPPE ANNONCE LA CRÉATION D'UN COMITÉ DE SUIVI DES CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET L'ENVIRONNEMENT

PARIS, 8 octobre 2019 (APMnews) - Le premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé dimanche dans un entretien au Journal du dimanche (JDD) la création prochaine d'un comité de suivi des conséquences sanitaires et environnementales de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, incluant notamment des élus, des médecins et des associations.

L'usine d'additifs pour lubrifiants Lubrizol de Rouen, classée "Seveso seuil haut", a été touchée par un violent incendie dans la nuit du mercredi 25 au jeudi 26 septembre, suscitant un important panache de fumées de plusieurs kilomètres de hauteur qui a traversé le nord du pays et engendré des dépôts de suies et de poussières (cf dépêche du 30/09/2019 à 19:08 et dépêche du 02/10/2019 à 17:25).

Interrogé sur le sujet par le JDD, le chef du gouvernement, par ailleurs natif de Rouen, réaffirme la volonté des autorités de publier l'ensemble des résultats des analyses effectuées pour mesurer l'impact du sinistre sur l'environnement.

"Cette semaine, nous allons créer un comité pour la transparence, incluant les élus, les associations environnementales, les médecins, les agriculteurs et les industriels pour suivre dans la durée les données concernant l'environnement et la santé", a-t-il fait savoir.

Il déplore par ailleurs que la direction de Lubrizol, entreprise américaine, "a été trop absente dans la communication". "J'aurais aimé la voir plus prompte à s'engager pour accompagner financièrement les riverains qui ont subi des dommages. Nous l'avons dit à ses dirigeants, et l'entreprise semble le prendre en compte", ajoute-t-il.

Dans un communiqué diffusé vendredi, l'industriel a annoncé la mise en place d'un dispositif opérationnel "Lubrizol Solidarité" destiné à participer à la réparation des conséquences de l’incendie, auprès des agriculteurs dont les récoltes auraient pu être touchées, et "en direction des habitants et en lien avec les autorités locales pour déterminer comment apporter efficacement une aide aux personnes touchées par les conséquences de cet incendie".

"Des initiatives supplémentaires de soutien seront annoncées à mesure que Lubrizol continue à travailler avec les autorités locales afin de déterminer quelles seront les aides les plus efficaces", écrit l'industriel.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) doit émettre un avis vendredi sur le devenir des productions agricoles consignées jusqu'à nouvel ordre par mesure de précaution. La préfecture de Seine-Maritime a installé lundi une cellule départementale de crise agricole afin d'accompagner agriculteurs et éleveurs.

Les causes de l'incendie toujours inconnues

Dans un communiqué diffusé mardi, le parquet du tribunal de grande instance (TGI) de Paris a fait le point sur l'enquête préliminaire désormais aux mains de son pôle santé publique et environnement, pour les chefs de "destruction involontaire par incendie et de mise en danger de la vie d’autrui".

Plus de 120 plaintes ont été déposées, principalement pour mise en danger de la vie d'autrui, est-il indiqué. Plusieurs communes ont porté plainte contre X pour obtenir réparation du préjudice subi, comme Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime), tandis que Rouen et la communauté de communes Métropole Rouen Normandie s'apprête à le faire.

Les investigations ont été confiées au service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen, en cosaisine avec l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et la santé publique (Oclaesp) et l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), mobilisant une vingtaine d'enquêteurs, précise le parquet.

Elles n'ont "pas permis, à ce stade, de déterminer les causes de l'incendie ni de localiser avec certitude l’origine du sinistre".

Par ailleurs, les unités spécialisées de la gendarmerie nationale, mobilisées pour procéder aux constatations en milieu dégradé et à risques, n'avaient pu intervenir sur le terrain jusqu'à présent du fait de "la persistance de points chauds sur les sites concernés".

Ces constatations, qui visent à rechercher la zone de départ de l'incendie, commenceront finalement lundi, "et seront réalisées par 13 enquêteurs de la gendarmerie nationale (dont 6 experts incendie)", précise le parquet de Paris.

Vendredi, le juge des référés du tribunal administratif (TA) de Rouen avait désigné un expert spécialiste en chimie-produits industriels afin de procéder à un constat des conséquences environnementales de l’incendie de l'usine Lubrizol (cf dépêche du 07/10/2019 à 18:09).

vg/ab/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.