Actualités de l'Urgence - APM

13/01 2022
Retour

PRÉSIDENTIELLE: LA FHF FORMULE DES PROPOSITIONS SUR LE HANDICAP, LES TERRITOIRES ET SOINS DE PROXIMITÉ

PARIS, 13 janvier 2022 (APMnews) - La Fédération hospitalière de France (FHF) a présenté de nouvelles propositions à destination des candidats à l'élection présidentielle portant sur le handicap, le système de santé territorial et les soins de proximité, mercredi, lors d'une conférence de presse.

Ces propositions ont été faites dans le cadre de sa plateforme présidentielle (ambitionsanté2022.fhf.fr) annoncée à l'occasion de Santexpo (cf dépêche du 08/11/2021 à 13:15) et à destination des candidats à l'élection présidentielle. Elles seront rendues fin février avant l'audition de tous les candidats jeudi 17 mars par la FHF.

La FHF a également présenté mercredi des propositions sur la santé mentale et la psychiatrie (cf dépêche du 12/01/2022 à 19:00), mais aussi sur le financement, l'investissement, les systèmes d'information et la recherche (cf dépêche du 12/01/2022 à 19:13).

Sur le volet handicap, la fédération formule trois grandes propositions afin "d'assurer un accès aux soins inconditionnel à toute personne en situation de handicap".

"Il n'est pas acceptable en 2021 qu'une personne sur 5 vivant avec un handicap en France [a renoncé] à se faire soigner", a déclaré la FHF.

La première proposition est de "donner les moyens aux professionnels de mieux accompagner les personnes en situation de handicap".

Pour cela, il faut "renforcer la formation initiale et continue des professionnels de santé sur la dimension 'handicap' que ce soit par des stages, des séances de sensibilisation ou des interventions d'usagers et d'associations", a expliqué Sandrine Courtois, responsable du pôle autonomie de la FHF.

Il s'agit également de "donner les moyens aux professionnels de santé de mieux répondre aux attentes des personnes vivant avec un handicap", mais aussi de "généraliser la présence d'un référent handicap dans les établissements de santé", a-t-elle poursuivi.

Handicap: développer les soins de proximité

La 2e proposition (du volet handicap) est de "prendre en compte l'ensemble des besoins de la personne [afin de garantir] des soins de qualité", a continué Sandrine Courtois.

Il s'agit de "faciliter la présence d'un accompagnant lors d'un passage aux urgences ou d'une consultation", et de "s'appuyer davantage sur les expériences des patients [qui sont] de plus en plus reconnues comme une expertise".

Il faut "faire des usagers de véritables acteurs de leur santé en s'assurant de leur bonne compréhension des informations qui leur sont délivrées", a-t-elle précisé.

La 3e proposition est de "garantir à toute personne en situation de handicap la possibilité d'accéder à des soins en proximité de son lieu de vie".

L'objectif est notamment de "disposer d'un dispositif de consultation dédié en soins somatiques par département d'ici 2023", de "réduire de moitié les inégalités d'équipement" en établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS) "en fixant dans la loi une date butoir pour réduire ces inégalités car elles conduisent trop souvent à des éloignements géographiques inacceptables pour les usagers et familles".

Il s'agit également de "développer les dispositifs d''aller vers' pour éviter les passages aux urgences", ou encore "d'organiser une expertise pour venir en appui de situations d'urgence".

Simplifier la gouvernance de la santé au niveau national et départemental

Sur le volet "territoires", la FHF formule deux grandes propositions afin de "construire un système de santé territorial impliquant davantage les acteurs locaux et les usagers".

"Il est largement temps de simplifier en profondeur l'organisation de notre système de santé et de l'ancrer davantage dans les territoires, en impliquant les élus locaux et les usagers dans le processus d'élaboration des réponses de santé apportées en proximité à la population", estime la fédération.

La 1re proposition consiste à "partir des territoires pour construire les réponses aux besoins de santé de la population".

Il s'agit "d'harmoniser l'organisation des soins et faire en sorte que les acteurs du territoire", qu'ils soient professionnels, élus ou usagers, "puissent s'accorder sur les priorités en matière de santé à fixer sur un territoire donné", a expliqué Zaynab Riet, déléguée générale de la FHF.

Il faut par ailleurs faire des projets territoriaux de santé (PTS) "la clé de voûte de la réponse aux besoins de santé" et "assurer la mise en oeuvre effective" de leurs objectifs.

La seconde proposition est de "simplifier la gouvernance à tous les échelons, gage de la réussite de la territorialisation de notre système de santé".

Au niveau national, il faut "unifier le pilotage et la mise en oeuvre de la politique nationale de santé".

Alors que le "parcours d'une personne âgée ou en situation de handicap ne se découpe pas", la gestion passe "à la fois par la direction générale de l'offre de soins [DGOS] et la direction générale de la cohésion sociale [DGCS]. C'est une perte de temps et d'efficacité", a estimé Zaynab Riet.

Au niveau départemental, il faut "donner davantage de responsabilités" aux délégations locales des agences régionales de santé (ARS), plaide la FHF.

Proximité: développer les deux outils que sont les GHT et les hôpitaux de proximité

Sur le volet "proximité", la fédération formule deux grandes propositions.

Les hôpitaux de proximité et groupements hospitaliers de territoire (GHT) sont "deux modèles organisationnels récents, oeuvrant tous deux à mieux répondre en proximité aux besoins de soins de la population". Ils "doivent réussir leur processus de transformation pour soutenir davantage une offre de soins de qualité, graduée et ouverte sur son environnement", estime-t-elle.

La première proposition consiste à "réussir la mutation des hôpitaux de proximité".

Il faut "s'emparer du modèle des hôpitaux de proximité pour bâtir un vrai projet en lien avec son territoire", avec une "gouvernance à adapter aux réalités locales" et un "nouveau modèle de financement" qui réponde aux besoins, a expliqué Marc Bourquin, conseiller stratégie à la FHF.

Il s'agit en outre de "faire des hôpitaux de proximité un acteur majeur de santé publique contribuant à la responsabilité populationnelle".

La seconde proposition est d'"achever de renforcer le rôle des GHT et leur donner les moyens d'évoluer".

Il faut "simplifier les GHT" qui sont un "outil précieux", donner la possibilité aux GHT de se doter d'une personnalité morale "pour plus d'efficacité et de simplicité", et "d'investir le sujet de la prévention à l'échelle d'un territoire", a expliqué Marc Bourquin.

syl/ab/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

Informations professionnelles

13/01 2022
Retour

PRÉSIDENTIELLE: LA FHF FORMULE DES PROPOSITIONS SUR LE HANDICAP, LES TERRITOIRES ET SOINS DE PROXIMITÉ

PARIS, 13 janvier 2022 (APMnews) - La Fédération hospitalière de France (FHF) a présenté de nouvelles propositions à destination des candidats à l'élection présidentielle portant sur le handicap, le système de santé territorial et les soins de proximité, mercredi, lors d'une conférence de presse.

Ces propositions ont été faites dans le cadre de sa plateforme présidentielle (ambitionsanté2022.fhf.fr) annoncée à l'occasion de Santexpo (cf dépêche du 08/11/2021 à 13:15) et à destination des candidats à l'élection présidentielle. Elles seront rendues fin février avant l'audition de tous les candidats jeudi 17 mars par la FHF.

La FHF a également présenté mercredi des propositions sur la santé mentale et la psychiatrie (cf dépêche du 12/01/2022 à 19:00), mais aussi sur le financement, l'investissement, les systèmes d'information et la recherche (cf dépêche du 12/01/2022 à 19:13).

Sur le volet handicap, la fédération formule trois grandes propositions afin "d'assurer un accès aux soins inconditionnel à toute personne en situation de handicap".

"Il n'est pas acceptable en 2021 qu'une personne sur 5 vivant avec un handicap en France [a renoncé] à se faire soigner", a déclaré la FHF.

La première proposition est de "donner les moyens aux professionnels de mieux accompagner les personnes en situation de handicap".

Pour cela, il faut "renforcer la formation initiale et continue des professionnels de santé sur la dimension 'handicap' que ce soit par des stages, des séances de sensibilisation ou des interventions d'usagers et d'associations", a expliqué Sandrine Courtois, responsable du pôle autonomie de la FHF.

Il s'agit également de "donner les moyens aux professionnels de santé de mieux répondre aux attentes des personnes vivant avec un handicap", mais aussi de "généraliser la présence d'un référent handicap dans les établissements de santé", a-t-elle poursuivi.

Handicap: développer les soins de proximité

La 2e proposition (du volet handicap) est de "prendre en compte l'ensemble des besoins de la personne [afin de garantir] des soins de qualité", a continué Sandrine Courtois.

Il s'agit de "faciliter la présence d'un accompagnant lors d'un passage aux urgences ou d'une consultation", et de "s'appuyer davantage sur les expériences des patients [qui sont] de plus en plus reconnues comme une expertise".

Il faut "faire des usagers de véritables acteurs de leur santé en s'assurant de leur bonne compréhension des informations qui leur sont délivrées", a-t-elle précisé.

La 3e proposition est de "garantir à toute personne en situation de handicap la possibilité d'accéder à des soins en proximité de son lieu de vie".

L'objectif est notamment de "disposer d'un dispositif de consultation dédié en soins somatiques par département d'ici 2023", de "réduire de moitié les inégalités d'équipement" en établissements sociaux et médico-sociaux (ESMS) "en fixant dans la loi une date butoir pour réduire ces inégalités car elles conduisent trop souvent à des éloignements géographiques inacceptables pour les usagers et familles".

Il s'agit également de "développer les dispositifs d''aller vers' pour éviter les passages aux urgences", ou encore "d'organiser une expertise pour venir en appui de situations d'urgence".

Simplifier la gouvernance de la santé au niveau national et départemental

Sur le volet "territoires", la FHF formule deux grandes propositions afin de "construire un système de santé territorial impliquant davantage les acteurs locaux et les usagers".

"Il est largement temps de simplifier en profondeur l'organisation de notre système de santé et de l'ancrer davantage dans les territoires, en impliquant les élus locaux et les usagers dans le processus d'élaboration des réponses de santé apportées en proximité à la population", estime la fédération.

La 1re proposition consiste à "partir des territoires pour construire les réponses aux besoins de santé de la population".

Il s'agit "d'harmoniser l'organisation des soins et faire en sorte que les acteurs du territoire", qu'ils soient professionnels, élus ou usagers, "puissent s'accorder sur les priorités en matière de santé à fixer sur un territoire donné", a expliqué Zaynab Riet, déléguée générale de la FHF.

Il faut par ailleurs faire des projets territoriaux de santé (PTS) "la clé de voûte de la réponse aux besoins de santé" et "assurer la mise en oeuvre effective" de leurs objectifs.

La seconde proposition est de "simplifier la gouvernance à tous les échelons, gage de la réussite de la territorialisation de notre système de santé".

Au niveau national, il faut "unifier le pilotage et la mise en oeuvre de la politique nationale de santé".

Alors que le "parcours d'une personne âgée ou en situation de handicap ne se découpe pas", la gestion passe "à la fois par la direction générale de l'offre de soins [DGOS] et la direction générale de la cohésion sociale [DGCS]. C'est une perte de temps et d'efficacité", a estimé Zaynab Riet.

Au niveau départemental, il faut "donner davantage de responsabilités" aux délégations locales des agences régionales de santé (ARS), plaide la FHF.

Proximité: développer les deux outils que sont les GHT et les hôpitaux de proximité

Sur le volet "proximité", la fédération formule deux grandes propositions.

Les hôpitaux de proximité et groupements hospitaliers de territoire (GHT) sont "deux modèles organisationnels récents, oeuvrant tous deux à mieux répondre en proximité aux besoins de soins de la population". Ils "doivent réussir leur processus de transformation pour soutenir davantage une offre de soins de qualité, graduée et ouverte sur son environnement", estime-t-elle.

La première proposition consiste à "réussir la mutation des hôpitaux de proximité".

Il faut "s'emparer du modèle des hôpitaux de proximité pour bâtir un vrai projet en lien avec son territoire", avec une "gouvernance à adapter aux réalités locales" et un "nouveau modèle de financement" qui réponde aux besoins, a expliqué Marc Bourquin, conseiller stratégie à la FHF.

Il s'agit en outre de "faire des hôpitaux de proximité un acteur majeur de santé publique contribuant à la responsabilité populationnelle".

La seconde proposition est d'"achever de renforcer le rôle des GHT et leur donner les moyens d'évoluer".

Il faut "simplifier les GHT" qui sont un "outil précieux", donner la possibilité aux GHT de se doter d'une personnalité morale "pour plus d'efficacité et de simplicité", et "d'investir le sujet de la prévention à l'échelle d'un territoire", a expliqué Marc Bourquin.

syl/ab/APMnews

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.