Actualités de l'Urgence - APM

22/05 2020
Retour

STOPCOVID: LE CRITÈRE DE CONTACT FIXÉ À MOINS D'UN MÈTRE PENDANT AU MOINS 15 MINUTES

PARIS, 22 mai 2020 (APMnews) - L'application StopCovid considère comme cas contacts les personnes restées "à moins d'un mètre" d'un patient Covid+ "pendant au moins 15 minutes", apprend-on à la lecture d'un dossier de presse diffusé jeudi par le secrétariat d'Etat chargé du numérique.

Les rouages de l'application, qui utilise la technologie Bluetooth pour repérer les cas contacts, ont été en partie dévoilés par l'Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria) le 12 mai, rappelle-t-on (cf dépêche du 13/05/2020 à 12:00).

"Dans le cadre de l’application, les contacts pris en compte seront les suivants: moins d’un mètre pendant au moins 15 minutes", selon le dossier de presse.

Il renvoie ensuite à la définition "complète" de cas d'infection par le Sars-CoV-2 de Santé publique France, datée du 7 mai.

Mais celle-ci est moins restrictive, note-t-on. Elle recouvre notamment:

  • "Toute personne ayant eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’un mètre, quelle que soit la durée". Cependant, "des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes contacts à risque".
  • "Toute personne ayant partagé un espace confiné […] au moins 15 minutes avec un cas ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement".

Le partage de l'historique des contacts enregistrés par l'application sera décidé par l'utilisateur et soumis à la validation préalable du laboratoire de biologie médicale ayant réalisé le test de dépistage ou du médecin prescripteur, rappelle-t-on (cf dépêche du 15/05/2020 à 21:31).

Des "tests en conditions du réel" ont été menés du [lundi] 18 au [jeudi] 21 mai, est-il indiqué dans ce dossier de presse sans plus de précisions.

La suite de la publication du code source et de la documentation de l'application est prévue pour mardi, apprend-on également (cf dépêche du 13/05/2020 à 12:00).

Les crypto-identifiants des utilisateurs sont supprimés "au bout de 15 jours" car "n’ayant plus de pertinence d’un point de vue épidémiologique", indique le dossier de presse.

Par ailleurs, un avis définitif de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) est attendu lundi 25 mai, est-il écrit.

Dans une première délibération datée du 24 avril, la Cnil "estimait" que StopCovid "peut être déployée" mais émettait des réserves (cf dépêche du 27/04/2020 à 12:20).

Le secrétariat d'Etat chargé du numérique a également répété son refus d'utiliser l'API (interface de programmation) proposée par Google et Apple (cf dépêche du 05/05/2020 à 10:14).

Lancée mercredi par les géants du numérique, cette API est utilisée par 22 pays dont l’Allemagne, la Suisse, l’Irlande, les Pays-Bas, la Lettonie et l’Italie, signale le site spécialisé Numerama.

L'application hébergée par Outscale

Par ailleurs, une foire aux questions (FAQ) consacrée à StopCovid et mise en ligne sur le site du ministère de l'économie indique que le serveur de l'application sera hébergé par Outscale, une filiale de Dassault Systèmes spécialisée dans le cloud.

Outscale "est à ce jour le seul prestataire d’hébergement qualifié SecNumCloud par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information" (Anssi), est-il indiqué.

La société est "également hébergeur de données de santé [HDS] sur [son] périmètre".

Outscale est certifié HDS sur les domaines d'activités 1, 2, 3 et 4 (cf dépêche du 29/06/2018 à 10:06), peut-on lire sur le site de l'Agence du numérique en santé (ANS, ex-Asip santé).

Le gouvernement "étudie en ce moment diverses possibilités afin de rendre StopCovid accessible au plus grand nombre notamment grâce à des dispositifs d’aide à l’équipement ou la mobilisation de solutions alternatives au smartphone", apprend-on également dans cette FAQ.

Une partie de l'équipe développant l'application "est dédiée à essayer de trouver une autre solution, par exemple, un boîtier ou un bracelet qui permettraient de se passer des téléphones", indiquait le secrétaire d'Etat chargé du numérique, Cédric O, début mai (cf dépêche du 04/05/2020 à 11:45).

Une déclaration du gouvernement suivie d'un débat de 2 heures et d'un vote sur "les innovations numériques dans la lutte contre l’épidémie de Covid‑19", portant notamment sur l'application StopCovid, auront lieu mercredi 27 mai après-midi à l'Assemblée nationale, rappelle-t-on (cf dépêche du 19/05/2020 à 16:06).

lc/nc/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.