Actualités de l'Urgence - APM

11/06 2019
Retour

URGENCES: LES PRÉSIDENTS DE CME SOUTIENNENT LE PERSONNEL, APH ET JEUNES MÉDECINS APPELLENT À LEUR TOUR À LA GRÈVE

PARIS, 11 juin 2019 (APMnews) - La Conférence des présidents des commissions médicales d'établissement des centres hospitaliers (PCMECH) apporte son soutien au personnel des urgences tandis qu'Actions praticiens hôpital (APH) et Jeunes médecins déclarent déposer un préavis de grève illimitée, dans des communiqués diffusés mardi, en plein mouvement social dans une centaine de services en France.

La conférence "souhaite apporter tout son soutien aux médecins et aux personnels des services d’urgence et des Samu", déclare-t-elle dans son communiqué.

"La situation actuelle devient totalement inacceptable sur l’ensemble du territoire" et "met en danger tant les patients que les professionnels hospitaliers", juge-t-elle.

L'instance estime que "le chantier essentiel d’amont qui doit conduire à éviter le passage aux urgences hospitalières de patients relevant de soins non programmés ambulatoires doit être activement mené, évidemment avec les professionnels libéraux".

En aval des urgences, "la problématique des patients devant être admis en hospitalisation" doit être "portée par l’ensemble de la communauté hospitalière et, en premier lieu, par les commissions médicales d’établissement sous la responsabilité des présidents de CME", plaide-t-elle.

En effet, "la plupart du temps, ceux que l’on appelle les no bed ne relèvent pas d’un afflux aux urgences mais bien d’une incapacité des établissements à accueillir l’activité normale et quasiment 'programmable' des urgences".

La conférence souligne avoir "déjà interpellé à plusieurs reprises sur la nécessité de stopper immédiatement les fermetures de lits dont le rationnel premier est le plus souvent lié aux difficultés budgétaires des établissements et non à l’évolution des besoins de santé".

Elle ajoute que des réorganisations, "en lien avec les Samu", doivent avoir également lieu "afin de mieux orienter d’emblée les patients dans les unités de soins les plus adaptées".

Ces mesures "ne pourront éluder, au-delà des réorganisations, les questions de financement", pointe la conférence.

Elle demande à être "étroitement associée" à la mission confiée par la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, au président du Conseil national de l'urgence hospitalière (CNUH), Pierre Carli, et au député Thomas Mesnier (LREM, Charente), pour établir une "nouvelle feuille de route" pour les urgences (cf dépêche du 06/06/2019 à 15:12).

APH et Jeunes médecins déposent un préavis de grève illimitée

Dans un communiqué de mardi, Action praticiens hôpital (APH) et Jeunes médecins déclarent soutenir "totalement et avec fermeté le mouvement de grève qui s'étend aux urgences".

Les deux organisations ont appelé "tous les confrères qui désireront se joindre au mouvement à faire grève au moins une partie de la journée du 11 juin" (ce mardi), dans le cadre de la mobilisation lancée à l'appel des fédérations de la santé et de l'action sociale de la CGT, FO, SUD et la CFE-CGC (cf dépêche du 11/06/2019 à 18:41).

Elles annoncent en outre déposer "ce jour un préavis de grève illimité pour permettre aux praticiens hospitaliers que le souhaitent de se joindre au mouvement des urgentistes". Les urgences, "comme souvent, sont le révélateur d’un mal plus profond et qui touche l’ensemble des établissements publics de santé", arguent-elles.

Les deux organisations exigent l'ouverture de négociations "pour sauver l'hôpital" et "n'acceptent pas 2022 pour commencer à entrevoir des solutions", faisant référence au plan de transformation du système de santé porté par la ministre.

Dans une lettre ouverte de lundi adressée à Agnès Buzyn, le Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs élargi (SNPHAR-E), membre d'APH, précise également soutenir la grève de mardi.

Il réclame "un vrai plan d'urgence pour sauver l'hôpital public" et demande à rencontrer la ministre.

France Assos Santé veut un "plan Marshall"

France Assos Santé, qui représente les usagers du système de santé, se déclare elle aussi "solidaire des urgentistes" dans un communiqué de mardi.

L'association appelle à un "véritable plan Marshall de l’accès aux soins en France". Elle demande à cette fin "des financements urgents et suffisants pour l’hôpital public, à commencer par les services d’urgence, pour davantage d’effectifs et des moyens techniques adaptés".

Elle réclame également un "plan ambitieux de lutte contre les déserts médicaux, des services de médecine de garde mieux dotés et une meilleure répartition de l’offre de soins sur le territoire".

"Les dispositions prévues dans la loi santé sont insuffisantes", considère l'association. "Nous demandons des mesures fermes, coercitives si nécessaire. Il en va de l’égalité de tous devant le soin."

mlb/nc/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.