Actualités de l'Urgence - APM

12/02 2020
Retour

DANS LA VIE DES ÉTABLISSEMENTS: GHT YVELINES SUD, CLINIQUE TIVOLI-DUCOS (BORDEAUX), CHU DE POITIERS, CH DE VENDÔME, GROUPE HOSPITALIER NORD ESSONNE

Le 12 février 2020 (APMnews) -

ILE-DE-FRANCE: Le GHT Yvelines Sud se lance dans la mise en œuvre d'un dossier patient informatisé

VERSAILLES - Le centre hospitalier (CH) de Versailles, établissement support du groupement hospitalier de territoire (GHT) Yvelines Sud, a lancé un projet de mise en œuvre de dossier patient informatisé à l'échelle du groupement, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué.

A l'échelle du GHT, "une seule et même solution a été choisie pour l’ensemble des secteurs d’activité et de prise en charge pour optimiser les parcours patients", le DPI Hopital manager* (Softway Medical), précise le CH de Versailles.

Cette décision a été prise sur la base d'un cahier des charges élaboré par un groupe de travail. Le chantier a été mené "avec l’appui de l’équipe de la direction des systèmes d’information et du numérique (DSIN) du centre hospitalier de Versailles et du GHT, dirigée par Stéphane Harnisch".

"Nous avons initié ce projet début 2019 avec plus de 70 professionnels médicaux et soignants et spécialistes des systèmes d’information", explique David Jaccou, directeur de projet au sein de la DSIN, cité dans le communiqué. Cette dynamique doit se poursuivre "notamment grâce à une équipe commune de conception et d’appui au déploiement sur l’ensemble des établissements concernés".

"Cet outil est essentiel pour améliorer l’offre de soins du territoire et encourager les équipes médicales à faire des consultations avancées, de proximité", souligne le Dr Benoît Vignes, président du collège médical du GHT Yvelines Sud, également cité dans le communiqué.

"L’informatisation des dossiers médicaux des patients permettra aux professionnels de santé d’accéder rapidement et en toute sécurité aux données des patients, à leur DMP (dossier médical partagé), aux outils développés par l’ARS Ile-de-France. Ils bénéficieront également d’une base de données commune des pratiques inter-établissements", précise le CH.

La mise en œuvre du DPI débutera par la définition d’un "tronc commun" à chaque établissement et par le déploiement de fonctionnalités d’échange et de partage, "premières étapes nécessaires au développement de modules spécifiques concernant le bloc opératoire, la psychiatrie ou encore la radiologie", selon le communiqué.

Le déploiement du DPI "ainsi paramétré par l’ensemble des acteurs sera déployé à partir de 2021" à l’hôpital Le Vésinet, l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Les Aulnettes de Viroflay, au CH de Plaisir puis au CH de Versailles.

Dans le même temps, sera réalisée une adaptation des DPI des hôpitaux de Bullion et de Chevreuse, déjà utilisateurs de la solution Hopital Manager*. Les établissements de La Mauldre, d’Houdan et de Rambouillet seront progressivement équipés à partir de 2022.

NOUVELLE-AQUITAINE: Jérôme Seiter prend la direction de la clinique Tivoli-Ducos (Saint-Gatien) à Bordeaux

BORDEAUX - Jérôme Seiter a pris la tête de la clinique Tivoli-Ducos (groupe Saint-Gatien) à Bordeaux, a annoncé l'établissement dans un communiqué, mercredi.

Jérôme Seiter, qui est diplômé d'un DEA de biologie et d'un master en management de l'environnement, succède à Philippe Choupin qui fait valoir ses droits à la retraite.

Jérôme Seiter a été directeur d'agence au sein de Veolia Environnement de 2008 à 2014, puis directeur de secteur services aux collectivités Aquitaine à Veolia de 2015 à 2019.

Il a ainsi pris la tête d'une des trois cliniques girondines de Saint-Gatien, qui est dotée de 91 lits d’hospitalisation (médecine et chirurgie) et 27 places de chirurgie ambulatoire. La clinique Tivoli-Ducos, spécialisée notamment dans le traitement du cancer et en chirurgie, fait travailler 90 praticiens et emploie 180 personnels de santé et administratifs.

NOUVELLE-AQUITAINE: Le CHU de Poitiers a inauguré un centre de formation d'assistant de régulation médicale

POITIERS - Le CHU de Poitiers a inauguré mercredi un centre de formation d’assistant de régulation médicale (CFARM) sur son site de la Milétrie, a-t-il annoncé dans un communiqué diffusé le même jour.

Après avoir répondu à un appel à projets du ministère des solidarités et de la santé en vue de "renforcer la qualité de la régulation médicale au sein des centres régulant les appels d'urgence", le CHU a obtenu en juillet 2019 l'agrément pour ouvrir ce CFARM, une formation diplômante "désormais obligatoire pour exercer la profession d’assistant de régulation médicale".

Depuis début janvier, 17 étudiants suivent une formation d'assistant de régulation médicale au sein de ce CFARM. Elle est amenée à durer "42 semaines, avec 21 semaines de formation théorique et 21 semaines de formation pratique".

"Le site de Poitiers fait office de centre de référence pour toute la région Nouvelle-Aquitaine", est-il noté dans le communiqué.

CENTRE-VAL DE LOIRE: Le CH et la ville de Vendôme envisagent de construire une cuisine commune

VENDOME - Le projet de construction pour l'hôpital et la ville de Vendôme d'une cuisine commune a été annoncé le 6 février au conseil municipal, a précisé à APMnews Valérie Boismartel, directrice de l'hôpital.

La cuisine centrale du centre hospitalier (CH) de Vendôme, qui livre en liaison froide 2.200 repas par jour, a été construite dans les années 1990 et ne répond plus aux normes sanitaires actuelles. Devenue obsolète, "elle nécessite des travaux trop importants", a expliqué Valérie Boismartel. "Réfléchissant à la construction d'une nouvelle cuisine, nous avons commandé une petite étude technique sur nos besoins", a-t-elle complété.

Du côté de la ville, la cuisine centrale qui livre entre 1.350 et 1.700 repas/jour est également ancienne et nécessite d'importants travaux. Les élus du conseil municipal ont donc approuvé à l'unanimité le lancement d'une étude de faisabilité pour une cuisine commune et une mutualisation des services.

"Nous avons décidé, avec la ville, de créer un groupement de commandes pour pouvoir réaliser une étude de faisabilité", a complété Valérie Boismartel. La prochaine étape est donc de "choisir avec la ville un consultant spécialisé qui pourra nous accompagner".

L'étude menée sous l'égide de l'hôpital devrait être lancée au cours du premier semestre 2020. "Nous avions estimé le coût d'une cuisine dédiée à l'hôpital à 3,5 millions d'euros [M€]. Quant au coût d'une cuisine centrale en commun avec la ville, son coût a été estimé à 5,5 M€".

"L'implantation du site de production n'a pas encore été choisie", a fait remarquer la directrice.

"Il va également falloir réfléchir à la mutualisation des moyens humains puisqu'il n'y aura plus qu'une seule cuisine, ainsi qu'aux équipements choisis, car la cuisine de l'hôpital est beaucoup plus automatisée que celle de la ville."

"Nous allons donc vers une optimisation des achats, de la production, de l'organisation et de la logistique". Pour cela, "nous travaillons en bonne intelligence avec la ville car nous avons les mêmes fournisseurs. Il est clair que l'hôpital a une certaine exigence en termes de qualité car nous livrons à des personnes âgées en long séjour. Notre souci porte sur la qualité des matières premières et le fait d'apporter du plaisir à manger", a souligné la directrice du CH.

Enfin, l'hôpital et la ville souhaitent favoriser un approvisionnement local et bio.

ILE-DE-FRANCE: Le groupe hospitalier Nord Essonne obtient une certification de niveau B

PARIS - Le groupe hospitalier Nord Essonne (sites de Juvisy, Longjumeau et Orsay) a rehaussé son niveau de certification en obtenant un niveau B, apprend-on dans le rapport de la Haute autorité de santé (HAS) publié le 5 février.

La HAS a attribué au GHNE une certification (V2014) avec recommandations d'amélioration. Celles-ci portent sur le dossier patient, le management de la prise en charge médicamenteuse du patient, le management de la qualité et des risques, la gestion du risque infectieux, les droits des patients et le management de la prise en charge du patient au bloc opératoire.

La HAS "appréciera au travers de la transmission du prochain compte qualité la démarche de management de la qualité et des risques de l'établissement", est-il indiqué dans son rapport de certification. Cette transmission doit intervenir 24 mois après le précédent compte qualité.

Le GHNE avait reçu en juin 2018 une certification de niveau C, avec obligations d'amélioration, note-t-on. Celles-ci concernaient le dossier patient, le management de la prise en charge médicamenteuse du patient et la prise en charge des urgences et des soins non programmés.

mlb-jyp-gdl/ab/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.