Actualités de l'Urgence - APM

23/06 2022
Retour

L'ACCÈS NOCTURNE AUX URGENCES ADULTES DU CHU DE GRENOBLE RÉSERVÉES AUX URGENCES VITALES À PARTIR DE LUNDI

GRENOBLE, 23 juin 2022 (APMnews) - À partir du lundi 27 juin, l'accès, de 20h à 8h, au service d'urgences adultes du CHU de Grenoble sera limité aux urgences vitales ou sur régulation préalable du centre 15, ont annoncé des représentants du CHU, lors d'un point presse organisé jeudi en milieu de journée.

"Le fonctionnement des urgences adultes de l'hôpital Michallon restera normal en journée. Mais de 20h à 8h, l'accès sera réservé aux urgences vitales ou sur appel préalable du 15", a expliqué le Dr Véronique Equy, vice-présidente de la commission médicale d'établissement (CME) du CHU Grenoble Alpes (Chuga). "Un patient ne pourra pas rentrer aux urgences sans avoir eu un avis médical", a-t-elle précisé.

À l'hôpital de Voiron (fusionné avec le CHU), le fonctionnement des urgences reste "normal en journée" et, pour les nuits, "l'accès sera adapté, comme c'est le cas actuellement les vendredis, samedis et dimanches, en le réservant aux urgences vitales après régulation par le centre 15".

"Cette nouvelle organisation ne concerne pas du tout les urgences pédiatriques puisque celles de l'hôpital de Voiron et celles de l'hôpital couple-enfant continuent de fonctionner, malgré les difficultés", a souligné la directrice générale du CHU, Monique Sorrentino. Cela ne concerne pas non plus l'accueil de jour des urgences traumatologiques de l'hôpital Sud, qui "sont ouvertes tous les jours de 8h à 20h, y compris le samedi et le dimanche", ainsi que "les urgences gynécologiques et obstétricales".

Les représentants des trois autres établissements disposant d'un service d'urgence sur le territoire ont aussi fait le point sur leur fonctionnement.

"Le fonctionnement des urgences de la clinique des Cèdres à Echirolles restera normal toute la journée et de 20h à 8h, on restera sur un fonctionnement normal mais avec une restriction selon l'activité du service", a annoncé le Dr Guillaume Richallet, directeur de la clinique. Il a ajouté que la clinique allait accueillir "courant juillet une maison médicale de garde (MMG) qui pourra accepter des patients venant spontanément".

Les urgences du groupe hospitalier mutualiste (GHM) de Grenoble "ont un fonctionnement normal en journée", a déclaré son directeur général adjoint, David Voirin. De 20h à 8h, le fonctionnement, depuis octobre 2021, est "adapté", le service continuant seulement à prendre en charge les urgences vitales et les urgences cardiologiques. Les urgences gynécologiques et obstétricales fonctionnent également 24h sur 24 et la maison médicale de garde continue de fonctionner sur ses horaires habituels.

Trop de postes vacants et de lits fermés

"L'adaptation du fonctionnement la nuit" des urgences adultes du CHU, implantées sur le site Michallon, a été décidée dans le cadre des "dysfonctionnements liés à une pénurie de personnels médicaux et non médicaux rencontrés par l'ensemble des établissements du territoire Grenoble-Sud-Isère, en particulier aux urgences", a expliqué Monique Sorrentino.

Elle a précisé que le CHU enregistrait 33% de postes d'urgentistes vacants et qu'avec la progression de l'absentéisme au sein de l'ensemble du personnel, conjugué à des difficultés de recrutement, le CHU avait 160 lits fermés actuellement contre "une soixantaine en temps normal".

À ces fermetures au CHU, s'ajoutent de 100 à 120 autres lits fermés sur le reste du territoire grenoblois et Sud-Isère.

Alors que l'activité aux urgences a "largement repris" et retrouvé son niveau d'avant le Covid, le "manque de lits" et les postes vacants entraînent des tensions très fortes sur les services d'urgences qui rencontrent alors des difficultés à prendre en charge tous les patients qui arrivent et à transférer des patients sur des lits d'aval, a détaillé la directrice générale.

C'est d'ailleurs face à cette situation qu'en novembre 2021, les établissements de Grenoble et Voiron, qui enregistrent plus de 200.000 passages aux urgences par an au total, et les représentants de la médecine de ville du territoire avaient demandé le déclenchement d'un plan blanc territorial d'urgence (cf dépêche du 08/11/2021 à 19:19).

Depuis cette date, les services d'urgence de l'hôpital de Voiron (fusionné avec le CHU de Grenoble) et du groupe hospitalier mutualiste (GHM) fonctionnent normalement le jour mais ont un fonctionnement "adapté" de 20h à 8h ou certains jours.

Les deux autres services d'urgence, de la clinique des Cèdres à Echirolles et de Michallon, ont eu une activité accrue, notamment la nuit.

La médecine de ville a de son côté renforcé la permanence de soins ambulatoire et participe au service d'accès aux soins (SAS) "pour proposer des consultations privilégiées réservées chez les médecins généralistes et demain chez les spécialistes", a expliqué Didier Legeais, vice-président du conseil départemental de l'ordre des médecins (CDOM) 38.

"On essaye tous ensemble d'organiser des soins pour faire en sorte que l'été se passe le mieux et le moins douloureusement possible", a-t-il assuré.

Un dispositif d'appel relié au Samu mis en place à l'entrée des urgences adultes de l'hôpital Michallon

Les mesures prises à compter du 27 juin vont avoir un impact sur le Samu, notamment l'activité nocturne, a souligné le chef du Samu 38, le Pr Guillaume Debaty, qui a détaillé les règles de "bon usage" des urgences en cas de situation vitale et pour les autres cas, décrites dans un flyer Flyer sur les bons réflexes hors urgences vitales. Pour ces derniers, il a préconisé d'appeler les médecins traitants ou ceux assurant une PDSA la nuit avant de se rendre aux urgences.

Le Samu connaissant lui-aussi des tensions du côté de ses effectifs en assistants de régulation médicale (ARM) et en médecins régulateurs, il a fait appel à des étudiants en médecine pour assurer "le décroché" et a ouvert des plages supplémentaires de médecins régulateurs libéraux "mais avec la difficulté de les trouver pour les pourvoir".

Si des personnes se présentent malgré tout spontanément aux urgences adultes de l'hôpital Michallon entre 20h et 8h sans avoir contacté le Samu, il y aura un dispositif d'appel relié au Samu mis en place à l'entrée des urgences adultes. Les médecins régulateurs généralistes et urgentistes du centre 15 évalueront l'état de santé de l'appelant et l'orienteront vers le parcours de soins le plus adapté.

"Nous sommes aussi en train d'organiser un accueil par des associations de secouristes mais ils ont aussi des difficultés de ressources humaines, d'autant plus que c'est l'été et qu'ils ont vocation à assurer des dispositifs de secours dans le cadre d'événements. Ils sont assez sollicités", a expliqué le Dr Marc Blancher, chef de service des urgences Michallon. Mais "on fera au maximum", a-t-il affirmé.

"Les équipes sont dans une telle fragilité qu'il faut les préserver, ce en les réservant sur les urgences vitales", a-t-il insisté.

Il a précisé que le nombre de passages nocturnes (à partir de 18h) s'élevait à entre 60 et 80 patients, "soit quasiment la moitié de la fréquentation de la journée", et "avec un gros pic entre 18h et 1h du matin". "C'est cette suractivité qui est confrontée à des difficultés de ressources humaines avec une diminution."

Le service d'urgences de la clinique des Cèdres a connu une augmentation de 30% du nombre de ses passages à partir de 20h jusqu'à minuit. "En quelques mois, l'augmentation globale est de 20% pour le service avec un niveau de sévérité très important", a souligné son directeur, en insistant à son tour sur l'importance pour la population de ne pas venir pour des soins "mineurs" et en déplorant le manque de lits d'aval.

san/ab/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

Informations professionnelles

23/06 2022
Retour

L'ACCÈS NOCTURNE AUX URGENCES ADULTES DU CHU DE GRENOBLE RÉSERVÉES AUX URGENCES VITALES À PARTIR DE LUNDI

GRENOBLE, 23 juin 2022 (APMnews) - À partir du lundi 27 juin, l'accès, de 20h à 8h, au service d'urgences adultes du CHU de Grenoble sera limité aux urgences vitales ou sur régulation préalable du centre 15, ont annoncé des représentants du CHU, lors d'un point presse organisé jeudi en milieu de journée.

"Le fonctionnement des urgences adultes de l'hôpital Michallon restera normal en journée. Mais de 20h à 8h, l'accès sera réservé aux urgences vitales ou sur appel préalable du 15", a expliqué le Dr Véronique Equy, vice-présidente de la commission médicale d'établissement (CME) du CHU Grenoble Alpes (Chuga). "Un patient ne pourra pas rentrer aux urgences sans avoir eu un avis médical", a-t-elle précisé.

À l'hôpital de Voiron (fusionné avec le CHU), le fonctionnement des urgences reste "normal en journée" et, pour les nuits, "l'accès sera adapté, comme c'est le cas actuellement les vendredis, samedis et dimanches, en le réservant aux urgences vitales après régulation par le centre 15".

"Cette nouvelle organisation ne concerne pas du tout les urgences pédiatriques puisque celles de l'hôpital de Voiron et celles de l'hôpital couple-enfant continuent de fonctionner, malgré les difficultés", a souligné la directrice générale du CHU, Monique Sorrentino. Cela ne concerne pas non plus l'accueil de jour des urgences traumatologiques de l'hôpital Sud, qui "sont ouvertes tous les jours de 8h à 20h, y compris le samedi et le dimanche", ainsi que "les urgences gynécologiques et obstétricales".

Les représentants des trois autres établissements disposant d'un service d'urgence sur le territoire ont aussi fait le point sur leur fonctionnement.

"Le fonctionnement des urgences de la clinique des Cèdres à Echirolles restera normal toute la journée et de 20h à 8h, on restera sur un fonctionnement normal mais avec une restriction selon l'activité du service", a annoncé le Dr Guillaume Richallet, directeur de la clinique. Il a ajouté que la clinique allait accueillir "courant juillet une maison médicale de garde (MMG) qui pourra accepter des patients venant spontanément".

Les urgences du groupe hospitalier mutualiste (GHM) de Grenoble "ont un fonctionnement normal en journée", a déclaré son directeur général adjoint, David Voirin. De 20h à 8h, le fonctionnement, depuis octobre 2021, est "adapté", le service continuant seulement à prendre en charge les urgences vitales et les urgences cardiologiques. Les urgences gynécologiques et obstétricales fonctionnent également 24h sur 24 et la maison médicale de garde continue de fonctionner sur ses horaires habituels.

Trop de postes vacants et de lits fermés

"L'adaptation du fonctionnement la nuit" des urgences adultes du CHU, implantées sur le site Michallon, a été décidée dans le cadre des "dysfonctionnements liés à une pénurie de personnels médicaux et non médicaux rencontrés par l'ensemble des établissements du territoire Grenoble-Sud-Isère, en particulier aux urgences", a expliqué Monique Sorrentino.

Elle a précisé que le CHU enregistrait 33% de postes d'urgentistes vacants et qu'avec la progression de l'absentéisme au sein de l'ensemble du personnel, conjugué à des difficultés de recrutement, le CHU avait 160 lits fermés actuellement contre "une soixantaine en temps normal".

À ces fermetures au CHU, s'ajoutent de 100 à 120 autres lits fermés sur le reste du territoire grenoblois et Sud-Isère.

Alors que l'activité aux urgences a "largement repris" et retrouvé son niveau d'avant le Covid, le "manque de lits" et les postes vacants entraînent des tensions très fortes sur les services d'urgences qui rencontrent alors des difficultés à prendre en charge tous les patients qui arrivent et à transférer des patients sur des lits d'aval, a détaillé la directrice générale.

C'est d'ailleurs face à cette situation qu'en novembre 2021, les établissements de Grenoble et Voiron, qui enregistrent plus de 200.000 passages aux urgences par an au total, et les représentants de la médecine de ville du territoire avaient demandé le déclenchement d'un plan blanc territorial d'urgence (cf dépêche du 08/11/2021 à 19:19).

Depuis cette date, les services d'urgence de l'hôpital de Voiron (fusionné avec le CHU de Grenoble) et du groupe hospitalier mutualiste (GHM) fonctionnent normalement le jour mais ont un fonctionnement "adapté" de 20h à 8h ou certains jours.

Les deux autres services d'urgence, de la clinique des Cèdres à Echirolles et de Michallon, ont eu une activité accrue, notamment la nuit.

La médecine de ville a de son côté renforcé la permanence de soins ambulatoire et participe au service d'accès aux soins (SAS) "pour proposer des consultations privilégiées réservées chez les médecins généralistes et demain chez les spécialistes", a expliqué Didier Legeais, vice-président du conseil départemental de l'ordre des médecins (CDOM) 38.

"On essaye tous ensemble d'organiser des soins pour faire en sorte que l'été se passe le mieux et le moins douloureusement possible", a-t-il assuré.

Un dispositif d'appel relié au Samu mis en place à l'entrée des urgences adultes de l'hôpital Michallon

Les mesures prises à compter du 27 juin vont avoir un impact sur le Samu, notamment l'activité nocturne, a souligné le chef du Samu 38, le Pr Guillaume Debaty, qui a détaillé les règles de "bon usage" des urgences en cas de situation vitale et pour les autres cas, décrites dans un flyer Flyer sur les bons réflexes hors urgences vitales. Pour ces derniers, il a préconisé d'appeler les médecins traitants ou ceux assurant une PDSA la nuit avant de se rendre aux urgences.

Le Samu connaissant lui-aussi des tensions du côté de ses effectifs en assistants de régulation médicale (ARM) et en médecins régulateurs, il a fait appel à des étudiants en médecine pour assurer "le décroché" et a ouvert des plages supplémentaires de médecins régulateurs libéraux "mais avec la difficulté de les trouver pour les pourvoir".

Si des personnes se présentent malgré tout spontanément aux urgences adultes de l'hôpital Michallon entre 20h et 8h sans avoir contacté le Samu, il y aura un dispositif d'appel relié au Samu mis en place à l'entrée des urgences adultes. Les médecins régulateurs généralistes et urgentistes du centre 15 évalueront l'état de santé de l'appelant et l'orienteront vers le parcours de soins le plus adapté.

"Nous sommes aussi en train d'organiser un accueil par des associations de secouristes mais ils ont aussi des difficultés de ressources humaines, d'autant plus que c'est l'été et qu'ils ont vocation à assurer des dispositifs de secours dans le cadre d'événements. Ils sont assez sollicités", a expliqué le Dr Marc Blancher, chef de service des urgences Michallon. Mais "on fera au maximum", a-t-il affirmé.

"Les équipes sont dans une telle fragilité qu'il faut les préserver, ce en les réservant sur les urgences vitales", a-t-il insisté.

Il a précisé que le nombre de passages nocturnes (à partir de 18h) s'élevait à entre 60 et 80 patients, "soit quasiment la moitié de la fréquentation de la journée", et "avec un gros pic entre 18h et 1h du matin". "C'est cette suractivité qui est confrontée à des difficultés de ressources humaines avec une diminution."

Le service d'urgences de la clinique des Cèdres a connu une augmentation de 30% du nombre de ses passages à partir de 20h jusqu'à minuit. "En quelques mois, l'augmentation globale est de 20% pour le service avec un niveau de sévérité très important", a souligné son directeur, en insistant à son tour sur l'importance pour la population de ne pas venir pour des soins "mineurs" et en déplorant le manque de lits d'aval.

san/ab/APMnews

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.