Actualités de l'Urgence - APM

13/10 2021
Retour

UN PROJET DE DÉCRET OUVRE LA POSSIBILITÉ AUX AMBULANCIERS D'EFFECTUER CERTAINS ACTES EN CAS D'URGENCE

PARIS, 13 octobre 2021 (APMnews) - Un projet de décret en Conseil d'État, qu'a pu consulter APMnews, ouvre la possibilité aux ambulanciers de réaliser certains actes sous le contrôle ou sur prescription du médecin régulateur du Samu.

Ce projet de décret s'inscrit dans le cadre du deuxième volet des accords du Ségur de la santé, qui avait ouvert la possibilité aux ambulanciers diplômés d'être reconnus comme des professionnels de santé habilités à effectuer des soins d’urgences adaptés à l’état du patient (cf dépêche du 01/07/2021 à 16:48).

Le projet de décret en Conseil d'État "relatif à la réalisation d'actes professionnels par ambulanciers et aux conditions de formation de l'auxiliaire ambulancier" qu'APMnews a pu consulter vient concrétiser ces annonces.

Il ajoute une section pour la réalisation d’actes professionnels par un ambulancier dans le chapitre relatif à l’aide médicale urgente (AMU) du code de santé publique et précise les conditions de réalisation de ces actes.

Ce texte autorise un ambulancier diplômé à, "en lien constant avec le médecin régulateur, pratiquer des actes visant à recueillir les informations à caractère clinique contribuant à l'évaluation de l'état de santé" d'un patient.

Ces actes sont la prise de tension artérielle, le recueil de la glycémie, l'administration de produits aérosols non médicamenteux, la mesure du score de gravité clinique ou encore de la saturation en oxygène et en dioxyde de carbone.

Des actes sur prescription du médecin régulateur

Ce texte offre également la possibilité aux infirmiers diplômés de pratiquer certains actes, "sur prescription du médecin régulateur" et "après avoir reconnu une situation comme relevant de l'urgence":

  • "administrer en aérosols des produits médicamenteux", en cas d'asthme aigu grave ou douleurs aiguës
  • "administrer par voie orale ou intra-nasale des médicaments", pour les cas d'overdoses d'opiacés ou de douleurs aiguës
  • utiliser un stylo-injecteur en cas de choc anaphylactique ou de crise d'hypoglycémie chez un patient diabétique
  • enregistrer et transmettre un électrocardiogramme (ECG) à visée diagnostique
  • procéder au recueil de l'hémoglobinémie.

En parallèle de ce texte, un projet d'arrêté "relatif à la formation conduisant au diplôme d'Etat d'ambulancier" vient modifier les référentiels métier et la formation des ambulanciers .

Ce projet d'arrêté donne notamment nouvelle définition du métier, en soulignant une double appartenance santé/transport et la réalisation de soins relevant de l’urgence.

Comme prévu lors des accords du Ségur, ce texte vient allonger de 3 semaines de la durée de la formation théorique (556 heures) et de 2 semaines de la durée de la formation clinique (245 heures).

La formation se réalise encore dans une durée de 6 mois et permet toujours l'obtention d'un diplôme de niveau 3.

Plusieurs mouvements sociaux chez les ambulanciers

Le syndicat Force ouvrière (FO) a indiqué mercredi dans un communiqué avoir déposé un préavis de grève pour la journée du 30 novembre concernant les ambulanciers de la fonction publique hospitalière (FPH).

Le syndicat réclame notamment le "respect des engagements pris lors des négociations des accords salariaux, dits du 'Ségur de la Santé', pour la revalorisation des grilles indiciaires de rémunération avec le reclassement en catégorie B des ambulanciers".

FO demande également l'intégration des ambulanciers dans la filière soignante et l'augmentation de leur durée de formation.

De leur côté, la Chambre nationale des services d'ambulances (CNSA) et la Fédération nationale de la mobilité sanitaire (FNMS) avaient entamé mardi un mouvement de grève pour réclamer la parution d'un décret d'application attendu sur l'organisation de la garde ambulancière (cf dépêche du 12/10/2021 à 19:21).

gl/cd/APMnews

Les données APM Santé sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM, APM Santé et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse www.apmnews.com

Copyright © APM-Santé - Tous droits réservés.

Informations professionnelles

13/10 2021
Retour

UN PROJET DE DÉCRET OUVRE LA POSSIBILITÉ AUX AMBULANCIERS D'EFFECTUER CERTAINS ACTES EN CAS D'URGENCE

PARIS, 13 octobre 2021 (APMnews) - Un projet de décret en Conseil d'État, qu'a pu consulter APMnews, ouvre la possibilité aux ambulanciers de réaliser certains actes sous le contrôle ou sur prescription du médecin régulateur du Samu.

Ce projet de décret s'inscrit dans le cadre du deuxième volet des accords du Ségur de la santé, qui avait ouvert la possibilité aux ambulanciers diplômés d'être reconnus comme des professionnels de santé habilités à effectuer des soins d’urgences adaptés à l’état du patient (cf dépêche du 01/07/2021 à 16:48).

Le projet de décret en Conseil d'État "relatif à la réalisation d'actes professionnels par ambulanciers et aux conditions de formation de l'auxiliaire ambulancier" qu'APMnews a pu consulter vient concrétiser ces annonces.

Il ajoute une section pour la réalisation d’actes professionnels par un ambulancier dans le chapitre relatif à l’aide médicale urgente (AMU) du code de santé publique et précise les conditions de réalisation de ces actes.

Ce texte autorise un ambulancier diplômé à, "en lien constant avec le médecin régulateur, pratiquer des actes visant à recueillir les informations à caractère clinique contribuant à l'évaluation de l'état de santé" d'un patient.

Ces actes sont la prise de tension artérielle, le recueil de la glycémie, l'administration de produits aérosols non médicamenteux, la mesure du score de gravité clinique ou encore de la saturation en oxygène et en dioxyde de carbone.

Des actes sur prescription du médecin régulateur

Ce texte offre également la possibilité aux infirmiers diplômés de pratiquer certains actes, "sur prescription du médecin régulateur" et "après avoir reconnu une situation comme relevant de l'urgence":

  • "administrer en aérosols des produits médicamenteux", en cas d'asthme aigu grave ou douleurs aiguës
  • "administrer par voie orale ou intra-nasale des médicaments", pour les cas d'overdoses d'opiacés ou de douleurs aiguës
  • utiliser un stylo-injecteur en cas de choc anaphylactique ou de crise d'hypoglycémie chez un patient diabétique
  • enregistrer et transmettre un électrocardiogramme (ECG) à visée diagnostique
  • procéder au recueil de l'hémoglobinémie.

En parallèle de ce texte, un projet d'arrêté "relatif à la formation conduisant au diplôme d'Etat d'ambulancier" vient modifier les référentiels métier et la formation des ambulanciers .

Ce projet d'arrêté donne notamment nouvelle définition du métier, en soulignant une double appartenance santé/transport et la réalisation de soins relevant de l’urgence.

Comme prévu lors des accords du Ségur, ce texte vient allonger de 3 semaines de la durée de la formation théorique (556 heures) et de 2 semaines de la durée de la formation clinique (245 heures).

La formation se réalise encore dans une durée de 6 mois et permet toujours l'obtention d'un diplôme de niveau 3.

Plusieurs mouvements sociaux chez les ambulanciers

Le syndicat Force ouvrière (FO) a indiqué mercredi dans un communiqué avoir déposé un préavis de grève pour la journée du 30 novembre concernant les ambulanciers de la fonction publique hospitalière (FPH).

Le syndicat réclame notamment le "respect des engagements pris lors des négociations des accords salariaux, dits du 'Ségur de la Santé', pour la revalorisation des grilles indiciaires de rémunération avec le reclassement en catégorie B des ambulanciers".

FO demande également l'intégration des ambulanciers dans la filière soignante et l'augmentation de leur durée de formation.

De leur côté, la Chambre nationale des services d'ambulances (CNSA) et la Fédération nationale de la mobilité sanitaire (FNMS) avaient entamé mardi un mouvement de grève pour réclamer la parution d'un décret d'application attendu sur l'organisation de la garde ambulancière (cf dépêche du 12/10/2021 à 19:21).

gl/cd/APMnews

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.