Alertes Sanitaires

Nouveau coronavirus Covid-19 (2019-nCoV, différent des virus SARS-CoV et MERS-CoV)

Date de publication sur le site SFMU : 22 janvier 2020

Mise à jour 2 Avril

Mise à jour 30 mars

 Mise à jour 29 Mars

http://covid-documentation.aphp.fr/

Mise à jour 25 Mars

page Covid-19

Mise à jour 23 Mars

Mise à jour 22 Mars

Données épidémiologiques populationnelles hebdomadaires et quotidiennes Covid-19

 

Mise à jour 16 Mars

Mise à jour 14 Mars

  • Personnes à risque de forme grave (HCSP 14/03/2020)

    •     les patients aux antécédents cardiovasculaires: hypertension artérielle compliquée, antécédents d'accident vasculaire cérébral (AVC) ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV
    •     les personnes âgées de 70 ans et plus (même si les patients entre 50 ans et 70 ans doivent être surveillés de façon plus rapprochée)
    •     les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie
    •     les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d'une infection virale
    •     les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée
    •     les patients atteints de cancer sous traitement
    •     les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise: médicamenteuse (chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive);infection à VIH non contrôlé ou avec des CD4
    •     les malades atteints de cirrhose au stade B de la classification de Child-Pugh au moins
    •     les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40 kg/m²) par analogie avec la grippe A(H1N1)09.
    •     les femmes enceintes à partir du troisième trimestre de la grossesse.
  • DGS MARS 2020_11 (extraits)

1. Définition de cas
Les modifications suivantes ont été apportées par rapport à la version du 03/03/2020 :
- Une catégorie « cas probable » a été ajoutée.
- Des départements français ont été ajoutés à la liste des zones d’exposition à risque. Cette liste sera actualisée
régulièrement.
- La notion de co-exposition a été supprimée.
2. Déprogrammation des activités chirurgicales ou médicales non urgentes dans les établissements de santé publics et privés
3. SI-VIC
Il est rappelé que dans le cadre du Plan Blanc, la cellule de crise des établissements de santé doit renseigner l’application SI-VIC ; celle-ci doit être renseignée par les seuls personnels administratifs et non par les professionnels de santé.
4. Diagnostique biologique par RT-PCR du Covid-19
- Gestion des prélèvements
La Société française de microbiologie a mis à jour sa fiche relative à la gestion des prélèvements biologiques d’un patient suspect ou confirmé de Covid-19 (version 3). Elle s’adresse désormais également aux laboratoires de biologie médicale hors établissements.
Elle est disponible à l’adresse suivante : https://www.sfm-microbiologie.org/2020/03/13/covid-19/
- Kits de détection du SARS-CoV-2
Conformément aux recommandations de la HAS, une liste des kits de détection du SARS-CoV-2 marqués CE a été mise en ligne sur le site du ministère de la santé, rubrique professionnels de santé. https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/coronavirus-PS
5 - Recommandations sanitaires
Un avis du Haut conseil de la Santé publique relatif à la prise en charge des cas confirmés d’infection au virus SARS-CoV-2 a été publié.
https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=hcspa20200305_coviprisenchardescasconf.pdf
Deux autres recommandations du HCSP ont été réalisées en urgence et les avis seront publiés très prochainement :
- Avis sur les indications prioritaires du diagnostic par RT PCR
- Avis sur la prévention et la prise en charge du COVID-19 chez les patients à risque de formes sévères
https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/coronavirus-PS
6 - Pas d'utilisation d’AINS chez des patients atteints Covid-19
Des évènements indésirables graves liés à l’utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ont été signalés chez des patients atteints de COVID19, cas possibles ou confirmés. Nous rappelons que le traitement d’une fièvre mal tolérée ou de douleurs dans le cadre du COVID19 ou de toute autre virose respiratoire repose sur le paracétamol, sans dépasser la dose de 60 mg/kg/jour et de 3 g/jour. Les AINS doivent être proscrits.
A l’inverse, les patients sous corticoïdes ou autres immunosuppresseurs pour une pathologie chronique ne doivent pas interrompre leur traitement, sauf avis contraire du médecin qui les suit pour cette pathologie.

Mise à jour 7 Mars

  • Source : DGS / Mission de l'information et de la communication / Sous-direction Veille et sécrutité sanitaire (VSS):

La France est toujours au stade 2, qui se caractérise par plusieurs cas groupés répartis sur le territoire. Il est indispensable de maintenir notre stratégie consistant à freiner la diffusion du virus sur le territoire. Elle permettra d'atténuer l'impact sur la population lors du passage au stade 3 et de limiter le pic épidémique.

Les récentes évolutions épidémiologiques liées au Covid-19 imposent la pleine mobilisation. Dans ce cadre, des instructions ont été transmises aux agences régionales de santé et aux préfectures, notamment dans les zones de circulation active du virus.

Concernant plus particulièrement l'organisation du système de santé, il a été demandé à l'ensemble des établissements de santé de déclencher le plan de mobilisation interne (niveau 1 du plan de gestion des tensions hospitalières et des situations sanitaires exceptionnelles). Selon la situation, le déclenchement du plan blanc (niveau 2) pourra être activé, conformément au guide disponible sur le site du ministère des Solidarités et de la santé : https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/securite-sanitaire/guide-gestion-tensions-hospitalieres-SSE

De plus les mesures suivantes doivent être appliquées :

  1. -Pas plus d'une personne par visite,
  2. -Interdiction des visites pour les personnes mineures,
  3. -Interdiction de visites pour toutes personnes présentant des symptômes.

Pour le secteur médico-social, les mesures de restriction suivantes sont applicables dès ce jour. Les visites aux résidents, sauf cas exceptionnels déterminés avec la direction de l'établissement en lien avec l'ARS, sont fortement déconseillées (les enfants particulièrement). Les personnes symptomatiques sont interdites de visite. Les services intervenant à domicile invitent les personnes qu'ils accompagnent à limiter leurs sorties, les visites à leur domicile de personnes extérieures, et en particulier les contacts avec les mineurs. Dans tous les cas, les recommandations relatives aux gestes barrières leur sont rappelées.

L'arrêté relatif les solutions hydro-alcooliques destinées à l'hygiène humaine qui peuvent être préparées, en cas de rupture de leur approvisionnement, par les pharmacies d'officine et les pharmacies à usage intérieur mentionnées, est paru et disponible sur le site du Journal officiel avec le lien suivant :
Arrêté du 6 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19. Lien à consulter : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041697131&categorieLien=id

    • Six situations de regroupements de cas ont été observées :
      • Les Contamines-Montjoie (Haute-Savoie) : 6 cas confirmés (français)
      • La Balme-de-Sillingy (Haute-Savoie) : 40 cas confirmés
      • Crépy-en-Valois / Creil (Oise) : 111 cas confirmés
      • Mulhouse (Haut-Rhin) : 83 cas confirmés
      • Morbihan (3 villes) : 20 cas confirmés
      • Regroupement de cas au retour d’un voyage organisé en Egypte : 18 cas confirmés

Mise à jour 6 Mars

Mise à jour 4 Mars

  • surveillance via les RPU

Pour tout patient qui se présenterait aux urgences (ou en filière spécifique codant du RPU) et qui répondrait à la définition de cas possible (cf ci-dessous) d’utiliser un code CIM10 particulier en diagnostic associé, en complément de votre diagnostic médical :

  • En 1ère intention : le code U07.1 – maladie respiratoire à Coronavirus 2019 (COVID-19) il s’agit d’un code « pour usage urgent » a priori disponible dans la majorité des logiciels et auquel a récemment été associé dans la CIM10 un libellé spécifique pour le COVID-19. Il se peut que votre logiciel dispose de ce code sans que le libellé ait été mis à jour ; cela n’empêchera toutefois pas son utilisation.
  • Si le code U07.1 n’est pas disponible, nous vous demandons d’utiliser :
    • le code B97.2 Coronavirus, cause de maladies classées dans d'autres chapitres,
    • ou le code B34.2 Infection coronavirale, sans précision,
    • ou le code U04.9 Syndrome respiratoire aigu sévère [SRAS], sans précision que, compte-tenu de la circonstance, nous associerons exceptionnellement au COVID-19.

Mise à jour 24 février

DGS / Mission de l'information et de la communication / Sous-direction Veille et sécrutité sanitaire (VSS)

L'évolution rapide de la situation internationale doit nous inciter à renforcer les mesures d'endiguement afin d'être prêt à réagir à tout moment à la prise en charge d'une chaine de transmission sur notre territoire. Les zones d'exposition à risque sont désormais élargies à la Corée de Sud et aux régions de la Lombardie et la Vénétie au Nord de l'Italie. La liste des zones d'exposition à risque, actualisée régulièrement, est disponible sur le site de Santé publique France https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/articles/infection-au-nouveau-coronavirus-sars-cov-2-covid-19-france-et-monde

Les personnes de retour des zones listées dans la définition de cas doivent faire l'objet des recommandations suivantes :

  • Surveiller sa température 2 fois par jour,
  • porter un masque chirurgical en présence de son entourage et en dehors du domicile,
  • réduire les activités non indispensables (cinéma, restaurant, soirées) et la fréquentation de lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, établissements d'hébergement pour personnes âgées),
  • se laver les mains régulièrement.
  • En cas de fièvre ou sensation de fièvre, toux ou de difficultés à respirer, contacter rapidement le SAMU centre 15 en signalant son voyage.

Une deuxième ligne d'établissements de santé a été identifiée incluant les établissements de santé sièges de SAMU pour disposer dans chaque département d'au moins un établissement pour assurer la prise en charge de patients COVID-19. En parallèle, les capacités de diagnostic dans les laboratoires dédiés sont augmentées pour permettre de réaliser des RT-PCR COVID-19 en tout point du territoire.

Tous les professionnels de santé sont susceptibles de prendre en charge un cas suspect de COVID-19 et doivent donc se préparer à cette éventualité. L'appel au SAMU-Centre 15 devant tout cas suspect doit être systématique pour organiser le classement du cas et sa prise en charge.

Les équipements nécessaires à la mise en place des mesures d'hygiène pour la prise en charge d'un cas suspect de COVID-19 sont ceux recommandés pour la prise en charge d'un cas suspect de maladie à transmission respiratoire :

  • Pour le professionnel de santé : appareil de protection respiratoire (APR) de type FFP2, solution hydro-alcoolique (SHA) pour désinfecter les mains avant et après le soin et dès le retrait des gants, gants non stériles à usage unique, lunette de protection en plus de l'APR FFP2 pendant un soin exposant, thermomètre sans contact ou à usage unique pour la vérification de la température du patient.
  • Pour le patient : SHA pour désinfecter les mains, masque chirurgical.

Le ministère des Solidarités et de la Santé met à jour les recommandations pour les professionnels de santé sur son site internet : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/coronavirus-PS

Vous trouverez les recommandations actualisées de la mission nationale de coordination opérationnelle risque épidémique et biologique (COREB) sur son site internet : https://www.coreb.infectiologie.com/fr/alertes-infos/covid-19_-n.html

Vous trouverez les différentes recommandations et vidéos pédagogiques mises à disposition par la société française d'hygiène hospitalière : https://www.sf2h.net/publications/coronavirus-2019-ncov

mise à jour: 20 février 2020

  • Fiche COREB ici

Mise à jour 20 février 2020

Le coronavirus 2019-nCov devient SARS-CoV-2 donnant la maladie Covid-19

Mise à jour: 7 février 2020

Avis relatif au traitement du linge, au nettoyage des locaux ayant hébergé un patient confirmé à 2019-nCoV et à la protection des personnels: Société française d'hygiène hospitalière SF2H

Mise à jour: 2 février 2020

Mise en place d'un numéro vert pour renseignement hors urgences à propos du coronavirus

 


 

Veille bibliographie réalisée par le Dr Mohamed El Khebir
Mise à jour : 2 Avril 2020

PubMed
Requête Pubmed : covid-19 OR SARS-Cov-2

Dernières mises en ligne

Journal of medical virology
JAMA netwok
CDC
The Centre for Evidence-Based Medicine develops, promotes and disseminates better evidence for healthcare.

 

Int J Qual Stud Health Well-being

Emergency nurses’ perceptions regarding the risks appraisal of the threat of the emerging infectious disease situation in emergency departments

The Centre for Evidence-Based Medicine develops, promotes and disseminates better evidence for healthcare.
Hydroxychloroquine Quelques articles divergents
Université des patients Sorbonne université

Airway management

The Lancet Respiratory Medicine


Communication

The Lancet

Diagnostic

The Centre for Evidence-Based Medicine develops, promotes and disseminates better evidence for healthcare.

 


Epidémiologie

Center for Systems Science and Engineering at Johns Hopkins University (Baltimore, USA)
Eurosurveillance
Eurosurveillance
Marc Lipsitch, DPhil
Professor of Epidemiology and Director, Center for Communicable Disease Dynamics, Harvard T.H. Chan School of Public Health
The MicrobeScope
International Journal of Infectious Diseases  |  International Society for Infectious Diseases
European Centre for Disease Prevention and Control
CDC  |  Centers for Disease Control and Prevention


Ethique

Comité consultatif natinal d'éthique
Annals of Internal Medicine

Fondamental


Formation

Life in the fastlane
SRLF
UPEC
Plateforme FUN-MOOC

Inscription : dès maintenant et jusqu’au 10 avril 2020
Début du cours : 17 février 2020
Fin du cours : 30 avril 2020
Ce MOOC fait partie du Diplôme Numérique des Maladies Infectieuses de l’Institut Pasteur (DNM2IP).

Grossesse

American Journal of Obstetrics & Gynecology


Organisation sanitaire

CDC
The Lancet Global Health
Annales de Médecine d'Urgence


Physiopathologie

The Lancet
Société française de cardiologie : communiqué
The Scientist
Annals of internal medicine
Eurosurveillance   | European peer-reviewed scientific journal devoted to the epidemiology, surveillance, prevention and control of communicable diseases


Psychologie

Université des patients Sorbonne université
The Lancet


Revue synthétique

Dynamed plus
Société française de pédiatrie
REBELEM  (foamed)
Cochrane Library  |  Database of systematic Reviews 
Hôpitaux Universitaires de Genève
The Lancet
Santé Publique France  |  L’agence nationale de santé publique
 OMS  |  Organisation Mondiale de la Santé

Thérapeutique

Journal of medical virology
JAMA netwok
The Centre for Evidence-Based Medicine develops, promotes and disseminates better evidence for healthcare.
Hydroxychloroquine Quelques articles divergents

Et un retour sur le SRAS

 

 


Archives

Mise à jour 6 Mars

  • Source Santé publique France

Mise à jour 23 février

  • MINSANTE/CORRUSS n°2020_13: ACTUALISATION DES INFORMATIONS RELATIVES AU COVID-19 transmis aux ARS.

La situation internationale préoccupante doit nous inciter à renforcer les mesures d’endiguement afin d’être prêt à réagir à tout moment à la prise en charge d’une chaine de transmission sur notre territoire.

C’est à ce titre que j’ai demandé à chaque ARS de déclencher le plan ORSAN REB et aux 38 établissements de santé habilités Covid-19 (établissements de santé de première ligne) de se mobiliser au niveau 1 (plan de mobilisation interne) afin de mettre en œuvre les mesures adéquates prévues dans le volet REB de leur plan de gestion des tensions hospitalières et des situations sanitaires exceptionnelles.

Ces établissements doivent être en alerte permanente pour assurer la prise en charge des patients cas possibles et le cas échéant, les cas confirmés. Nous vous demandons de relayer ce message de mobilisation auprès des collègues de ces établissements et de nous signaler toute difficulté de mobilisation.

Les SAMU-Centre 15 sont au cœur du dispositif de réponse. La désignation dans chacun des SAMU d’un référent médical de crise est importante pour assurer la permanence du contact avec le SAMU zonal, l’ARS, la médecine de ville et les établissements de santé. Cette fonction est aussi garante de la mise à jour des consignes, procédures et de la diffusion des messages institutionnels mais aussi de l’organisation de la montée en puissance du SAMU-Centre 15. Dans cette période très évolutives, il convient que les SAMU-Centre 15 soient particulièrement vigilants à des situations hors cadre de la définition de cas.

Malgré toutes ces mesures mises en œuvre, l’évolution internationale de l’épidémie liée notamment à la contagiosité du virus rend probable l’installation d’une circulation active du virus sur le territoire national. L’épidémie qui en découlerait imposerait la mobilisation de tous les professionnels de santé. Cette évolution notamment en Italie requiert de se préparer d'ores et déjà activement au passage en phase de circulation active du virus. En effet, les caractéristiques du virus (R0 > 2 voire 3, intervalle intergénérationnel court = 4,5 jours et taux d’attaque nettement supérieur à celui de grippe saisonnière sur une population naïve (> 10%), durée moyenne d’hospitalisation de 11 jours +/- 4 jours [15 jours pour les formes sévères]), font du SARS-CoV-2 un virus au fort potentiel épidémique avec impact fort sur notre système de santé.

Cette phase épidémique nécessitera le passage à une stratégie d’atténuation qui repose sur 3 actions essentielles que sont :

         La prise en charge des formes sévères et graves dans les établissements de santé (1ère ligne, 2ème ligne, voire 3ème ligne). D’après les données dont nous disposons actuellement, l’incidence des cas est maximale chez les personnes de plus de 50 ans avec 14% de formes sévères et 5% de formes graves nécessitant une hospitalisation. Dans ce cadre, les estimations du nombre de patients à prendre en charge en réanimation serait très supérieures aux épidémies de grippe saisonnière les plus sévères que nous avons connues jusque-là. Il convient donc qu’une stratégie soit identifié au plus vite dans chaque établissement de santé pour organiser la prise en charge de ces patients. La préparation des établissements de santé à cette épidémie est essentielle notamment en identifiant les circuits et les secteurs de prise en charge des patients malades, l’organisation des soins et de la continuité d’activité. Il s’agit aussi de travailler sur des structures d’aval de type SSR afin de libérer le plus rapidement possible les lits de soins aigus  ;

         La prise en charge des formes modérées en ambulatoire (81% des malades) en médecine de ville. Une organisation doit être mise en place entre les professionnels de santé libéraux (médecins, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pharmaciens, …), services d’hospitalisation et de soins à domicile dans chaque région et déclinée dans chacun des territoires. Dans ce cadre, le SAMU-Centre 15 a un rôle essentiel pour la régulation médicale et la coordination des différents acteurs dans un objectif de « juste soin » afin notamment de ne pas saturer les établissements de santé. il s’agit d’organiser la montée en puissance des SAMU-Centre 15, de la régulation de l’AMU et de la PDSA, de développer la téléconsultation, d’imaginer des équipes ambulatoires dédiées ;

         La préservation des personnes fragiles en établissements médico-sociaux. Il s’agit dans ces structures de prise en charge de personnes fragiles (personnes âgées, personnes handicapées) de prévenir,contenir le cas échéant, la transmission et d’assurer dans la mesure du possible la prise en charge des malades dans ses structures afin d’éviter de saturer les établissements de santé en renforçant leur médicalisation en lien avec la médecine de ville.

Une task Force interministérielle est en cours de constitution. Placée à mes côtés, elle permettra d’assurer la cohérence de la réponse interministérielle et prendre toute mesure adaptée.

Un appel aux professionnels de santé retraités va être lancé pour inciter nos Consœurs et Confrères retraités à se mobiliser dans le cadre de la réserve sanitaire auprès de Santé publique France. Je vous serais très reconnaissant de relayer mon appel au sein de vos adhérents et ainsi faciliter la constitution de cette force, essentielle pour assurer la montée en puissance du système de santé face à cette situation sanitaire exceptionnelle.

Je sais pouvoir compter sur les médecins et tous les professionnels de santé pour répondre à cet enjeu majeur de santé publique en permettant les meilleurs soins aux patients.

Je vous remercie de votre attention et je suis à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Bien à vous,

Pr Jérôme SALOMON
Directeur général de la Santé

documentation jointe

Mise à jour 21 février

Mise à jour 21 février 2020

DGS: Santé publique France a modifié ce jour la définition de cas. Les modifications suivantes ont été apportées par rapport à la version du 04/02/2020. La restriction aux infections respiratoires basses pour les personnes ayant voyagé ou séjourné dans une zone d?exposition à risque a été retirée. La mention d?une zone d?exposition à risque renvoie désormais vers une liste qui sera régulièrement mise à jour ; en dehors de ces zones, une mention a été ajoutée concernant la possible prise en compte d?une exposition dans certaines situations particulières. La mention d?avoir travaillé ou séjourné dans un hôpital en Chine a été retirée de la liste des expositions à prendre en compte. La définition d?un contact étroit a été complétée. La définition d?un cas confirmé inclut dorénavant les personnes asymptomatiques.

La zone d?exposition à risque au 21/02/20 concerne la Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao) ainsi que Singapour.

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/articles/cas-de-pneumonies-associees-a-un-nouveau-coronavirus-2019-ncov-a-wuhan-en-chine

Partenaires institutionnels de l'Alerte Sanitaire d'Urgence du site S.F.M.U. :

Les institutions suivantes participent, soit contractuellement, soit par l'intermédiaire de correspondants, à l'évolution du site de la S.F.M.U. :

Direction Générale de la Santé

Société de Toxicologie Clinique : Docteurs P. Manel, Docteur P. Harry

alerte@santepubliquefrance.fr

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.